Pa oan war bont an Naoned digedon lan li ra (bis)
Ober ma froumenad digedon lan li ra
Ober ma froumenad digedon la la

Me rekontras bergerenn
War ar pont o ouelañ

Ha me c'houlenn diganti
"Petra 'peus da ouelañ ?

- Va gwalenn aour, emezi,
Zo koue'et en dour amañ

- Pegement a rofec'h din-me
Me 'yelo d'he zapañ

Pemp kant skoed 'm eus em arbel
A roin volontez vat
Ma gallfec'h he zapañ

War ar c'hentañ ploñjadenn
En doa touchet netra

War an eilvet ploñjadenn
Gwalenn touchet en doa

War an drede ploñjadenn
Setu e oa beuzet

E vamm d'haon (?) en prenestr
Komañset da ouelañ

"Va mallozh a ran d'ar merch'ed
Kaoz 'mañ beuzet ma mab"

Ba pelec'h vo interet ?
Ba kornig bered Naoned

E lec'h ma ziskenn bemdez
Daou, tri seurt laboused

War e vez a zo savet
Fleurenn deus ar c'haerañ

'Vit ma teui an dud yaouank
Da zaoulinañ war e vez
Quand j'étais sur le pont de Nantes
Faisant ma promenade

Je rencontrai une bergère
Qui pleurait sur le pont

Et je lui demandai
"Qu'avez-vous à pleurer ?

- Ma bague en or, dit-elle,
Est tombée ici à l'eau

- Combien me donnerez-vous ?
J'irai la repêcher

- J'ai cinq cents écus dans mon armoire
Je les donnerai volontiers
Si vous pouvez la repêcher

Au premier plongeon
Il n'a rien touché

Au deuxième plongeon
Il a touché la bague

Au troisième plongeon
Il a été noyé

Sa mère à la fenêtre
Se prit à pleurer

"Ma malédiction aux femmes
Cause que mon fils s'est noyé"

Où sera-t-il enterré ?
Dans un petit coin du cimetière de Nantes

Où tous les jours y descendent
Deux, trois sortes d'oiseaux

Sur sa tombe a poussé
Une fleur des plus belles

Pour que les jeunes gens viennent
S'agenouiller sur sa tombe

Le sujet

Voir la traduction


Source

Chants populaires bretons du Pays de Cornouailles, recueil de H. Guillerm, paru en 1905

Note d'H. Guillerm :

La personne qui chanta cette sône introduisit une variante mélodique très gracieuse, à la dernière mesure du sixième couplet :

D'ailleurs, il faut remarquer que le sixième couplet est le seul qui possède trois membres de phrase

Dans cette mélodie, il est d'ailleurs un phénomène curieux et intéressant au point de vue musical. En effet, dans la première phrase, l'accent musical principal se trouve sur la note initiale du 5/4, tandis que dans la seconde phrase cet accent se déplace, et vient se poser sur le 2/4 initial