Louiz un nozvezh er veilhadeg
A erruas diwezhat
He c'houef a yoa gwall fichet
Hag he mamm d'he skandalat
- Va mamm, selaouit, emezi
Ar pezh zo digouezhet din
Ha p'am bezo komzet mat deoc'h
Me gred n'am skandaloc'h ket.

Abred e vijen erruet
Panevet mab Nicolaz
Goud a rit penaoz eus he gêr
D'hon hini neus met ur paz
Na linn va c'hegel a zougen
Met hennezh zo ker mechant
En deus laret din : « Berjerenn,
Pelec'h ez it ker buan ? »

Hag evit m'am lezfe trankil
Evit n'am daleje ket
M'eus hen tretet a imbesil
A dra zot ha diwezhat
Ha kaer am eus bet lavaret
Dre forzh fellas pokat din
Oh va mamm n'hellen ket miret
Na ziroljen da c'hoarzhin

- Penaos e fell deoc'h mezhegez
Ne raje ket ur seurt tra
Rak oc'h ober ar c'hoarzherez
E tenec'h sur d'hen hessal
Ret e oa krial ha gouelañ
Ha reiñ dezhañ taolioù troad
Kregiñ ennañ, e skrabinat,
Krañchat en e zaoulagad

Ret e oa krial ha gouelañ
Ha reiñ dezhañ taolioù-troad
Kregiñ ennañ, e skrabinat
Krañchat en e zaoulagad
- Ha penaos, ma mamm, e fell deoc'h
Kement-se holl e rajen
Goud a rit penaos ar c'holer
A zo ur pec'hed marvel



Le sujet

Une fille qui rentre en retard à la maison se fait gronder par sa mère. Elle lui explique qu'en chemin elle a été abordée par le fils de Nicolas, qui l'a taquinée et a fini par lui voler un baiser. Elle n'a pas pu s'empêcher de rire

"Comment ? dit sa mère, mais il fallait lui donner des coups de pieds, lui cracher dans l'oeil !
- Mais, Maman, comment pouvez-vous penser que je puisse faire cela ? Vous savez bien que la colère est un péché mortel !"

Notes d'Alfred Bourgeois

Cette chanson se chante en breton et en français, mais nous croyons que le breton est une traduction, à en juger par la contexture de l'air.
Elle m'a été chantée à Roscoff, par Mlle Noémie Salaün, qui en ignorait l'auteur.


Source

"Kanaouennoù Pobl", chansons recueillies par Alfred Bourgeois dans la deuxième moitié du XIXème siècle ; le recueil a été publié en 1959 à Paris