Bin baon kloc'hoù !
Marv eo Jego,
Gant re govad goadegennoù,
Hag interet en toull ar pri
Hag aet e bennig gant ar c'hi
Aet eo Mari war e lerc'h,
Gant ur vichenn bara minus kerc'h :
- Deuit d'ar gêr, kiez kaezh,
Dalit bara, dalit laezh,
List e benn gant Jego gaezh.
Seiz torzh vara hen doa debret,
Hag ur vanniad bara drailhet,
Hag ur podad laezh kaoulet
Hag ur vichenn bara kerc'h,
C'hoazh e selle war e lerc'h,
C'hoazh a lâre Jego moan
N'hen devoa ket bet e goan ! ...
Bin baon de cloches !
Il est mort, Jégou,
D'une grande ventrée de boudins.
Et il a été enterré dans une mare d'argile,
Et sa tête a été emportée par le chien.
Marie est allée à sa poursuite,
Avec une miche de pain d'avoine :
Chienne chérie, revenez à la maison,
Voici du pain, voici du lait,
Laissez sa tête au pauvre Jégou !
Sept tourtes de pain il avait mangé,
Plus une panerée de pain en morceaux,
Plus un pot de lait caillé,
Et une miche de pain d'avoine.
Et il regardait encore après lui ,
Et il disait encore, Jégou le maigre,
Qu'il n'avait pas eu à souper ! ...




Le sujet

Voir la traduction
Proche de Bing, bang, kloc'hoù


Source

Paroles extraites des "Soniou Breiz-Izel", de François-Marie Luzel, publié en 1890

Dans "Musiques bretonnes", Maurice Duhamel donne deux airs pour cette chanson, mais les paroles ne correspondent pas à celles de Luzel