Me am boa choazet 'vit mestrez
La diguedoñ la deriloñla
Me am moa choazet vit mestrez
Ur plac'hig koant a Vontroulez

Va mestrezig 'vont davit dour
Ha me goulenn mont d'he sikour

Hag ive goulenn diganti
Hag hi voa kontant dimeziñ

Hi ober un tammig hej skoaz
Ha neuze komañs da ouelañ

« Ma dousig koant na ouelet ket
Ni a vo hon daou dimezet

Ni yel' hon daou d'an Normandi
Da zerc'hel un ostaliri

Da zerc'hel un ostaliri
Ni vo daou zen o chom enni

Neuze ni en em ambarko
War ur vag evit Sant Malo

Da Sant Malo pe Sant Brieg
Evit deskiñ mat ar Galleg

Evit deskiñ mat ar Galleg
Pa n'ouzomp met ar Brezhoneg »

Pa oemp arru en Sant Brieg
E oe lodennet ar Galleg

E oa graet e lod d'ar Galleg
Hag e hini d'ar Brezhoneg

Skrivet Galleg war baper gwenn
Da lakaat 'barzh en em jiltenn

Nemet ma jiltenn a oa toull
Koue'et ar Galleg 'barzh ur poull

Ha kaer hom boe touet Doue
Bretoned e oemp koulskoude



Le sujet

"J'avais choisi comme amie une jolie fille de Morlaix. Comme elle allait chercher de l'eau, je lui propose de l'aide. Je lui demande si elle voudrait se marier ; elle se met à pleurer"
Pour la consoler, le jeune homme fait des projets : ils iront en Normandie, pour tenir une auberge ; pour cela, il faut d'abord aller à Saint Malo, ou à Saint Brieuc, pour apprendre le français, "puisque nous ne savons que le breton"
"Une fois arrivés à Saint Brieuc, il a fallu mettre le français d'un côté et le breton de l'autre. J'ai écrit le français sur du papier blanc, et je l'ai mis dans mon gilet ; mais mon gilet était percé, le français est tombé dans la mare. Et nous avons eu beau jurer, nous étions tout de même bretons"


Source

"Kanaouennoù Pobl", chansons recueillies par Alfred Bourgeois dans la deuxième moitié du XIXème siècle ; le recueil a été publié en 1959 à Paris (Chantée par Julie Fejer, de Pontrieux)