I

'Tre Rozmadek hag ar Baron (1)
'Zo zavet 'n tamm dissension,
Balamour d'un alead gwez
A oa daou-anter en tre-z-he.

'Nn aotro Rosmadek a lare
A renkje kaout ar choaz ar gwez ;
A renkje kaout ar choaz ar gwez,
He heritourienn hen goude.

- Kent ewit kaout ar choaz ar gwez,
Te renko gonid ann-ez-he!
'Nn aotro Rosmadek a lare
D'ann aotro 'r Baron en de-se :

- Eomp-ni hon daou d'ar Prat-Newez,
Ewit c'hoari un taol kleze. -
- Da c'hoari 'r c'hleze me n'inn ket,
D'ann oferenn me ' renk monet;

- Eomp-ni hon daou d'ann oferenn,
Vit torri ar gwall-blanedenn ;
D'ann ofern-bred, d'ar gousperou,
A dorr kalz a blanedennou. -

- D'ann ofern-bred na iefomp ket,
D' c'hoari 'r c'hleze e ret monet;
Eomp-ni hon daou d'ar Prat- Newez,
Ewit c'hoari un taol kleze ! -

II

Er Prat-Newez p'int arruet,
Da c'hoari 'r c'hleze int bet et ;
P'int et da c'hoari ar c'hleze,
'Nn aotro ar Baron ' c'honee.

'Nn aotro Rosmadek ' lavare
D 'n aotro 'r Baron, pa c'honee :
- Baron, dastumet ho pouklo,
Mar 'z ann war-n-ez-he, m'ho zorro ! -

D' zastum he vouklo eo pleget,
Ann trubart hen euz-han treuzet !
'Nn aotro 'r Baron a lavare
D'he baj-bihan eno neuze :

- Guillaou 'r Belek, ma mewel mad,
Klask ur belek d'am kovesad ;
Medesinn da stanka ma gwad,
M'am bo buhez ar Rosmadek. -

Guillaou 'r Belek a lavaras
D'he vestr ar Baron, p'hen klewas :
- Gwell 've ober ho testamant,
Keït m'oc'h en ho intentamant. -

Kenta testamant a eure,
'Oa offr he ine da Doue :
- Guillaou 'r Belek, ma mignon kez
C'hui ' ha d'ar ger ha me n'hann ket :

Ma gourc'hemeno d'am fried,
Med n'laret ket e vinn lazet ;
Med laret ' vinn et da Baris
Da zaludin ar roue Loïz ;

Laret e vinn et da Baris
Da zaludin ar roue Loïz,
Prenet ganin ur marc'h newez,
Kalonik ma marc'h oa re-ge. -

III

Ar Varones a c'houlenne
Euz Guillaou 'r Belek, en de-se :
- Guillaou 'r Belek, d'in-me laret,
Ho mestr 'r Baron pelec'h eo et? -

- Ma mestr a zo et da Baris
'Wit saludin ar roue Loïz,
Prenet gant-han ur marc'h-newez,
Kalon he varc'h a oa re-ge. -

Guillaou 'r Belek a lavare,
Pa oa gant he goan, en noz-se :
- Daoust piou 'n defo ann hardison
D'anonz ar c'hezlo d'ann itron?

D'anonz ar c'hezlo d'ann itron,
Eo lazet hon mestr ar Baron ?
D' dapoud he vouklo p'e pleget,
Rosmadek trubart 'n euz-han treuzet, ! -

Ar vates vihan pa glewas,
D'ann nec'h gant ar vinz a bignas;
D'ann nec'h gant ar vinz eo pignet,
D'ar Varones a deuz laret :

- Aotro Doue petra 'vo gret ?
Hon mestr ar Baron 'zo lazet !
D' dapoud he vouklo p'eo pleget,
Rosmadek trubart 'n euz-han treuzet ! -

Ar Varones pa deuz klewet,
Ter gwes d'ann douar ' zo zemplet ;
Ter gwes d'ann douar eo zemplet,
'R vates vihan 'deuz hi goureet.

'R Baron bihan, pa 'n euz klewet,
D'he vamm 'r Varones 'n euz laret :
- Ma mammik paour, na oelet ket,
Me am bo buhez 'r Rosmadek ! -

IV

Ha pa oa pemzek vloaz oajet,
D'he vamm 'r Varones 'n euz laret :
- Ma mamm 'r Varones, m'am c'haret,
Kleze ma zad d'in a rofet ;

Kleze ma zad d'in a rofet
Da vont da gaout ar Rosmadek ;
Da vont da gaout ar Rosmadek,
He vuhe 'renkann da gavet ! -

Ar Baron iaouank a lare
'N ti ar Rosmadek p'arrue :
- Demad ha joa holl en ti-ma,
Ar Rosmadek pelec'h ema ? -

Ar c'houarneres a laras
D'ar Baron bihan, p'hen klewas :
- Ema duze ebars he gambr,
Et-c'hui d'hen kaout, mar oc'h euz c'hoant. -

- D'hen kaout en he gambr na inn ket,
Hen 'deui d'ann traon pa vo pedet. -
Ar Rosmadek, 'vel ma klewas,
He benn er frennestr a voutas ;

He benn er frennestr 'n euz boutet,
D'ar Baron iaouank 'n euz laret :
- Baron bihan, kerz a lec'h-se,
Rag euz da wad am euz true ! -

- N'ho pet nep truez euz ma gwad,
Pa n'ho poa euz hini ma zad :
Ha hastet buhan dont d'ann traon,
Pe me c'houezo 'n tan 'n ho holl vado !

Hastet dont ganin da c'hoari,
Pe me 'c'houezo 'n tan en ho ti;
Pe me c'houezo 'n tan tu ho ti,
Ho talc'ho en kreiz da dewi. -

'Nn aotro Rosmadek a lare
D'holl dut he di, pa gimiade :
- Me ha brema d'ar Prat-Newez,
Me 'zo sur 'kollinn ma buhez! -

P'int et da c'hoari ar c'hleze,
'R Baron bihan a c'honee :
'Nn aotro Rosmadek a lare,
D'ar Baron bihan p' c'honee :

- Baron, dastum te da vouklo,
Mar an war-n-ez-he m'ho zorro. -
- Hag a ve torret ma bouklo,
Arc'hant 'walc'h 'zo em godelo;

Arc'hant 'walc'h 'zo em godelo
Da gaout re-all ho ramplaso;
N'as be ket nec'h gant kement-se,
C'hoari hardiz da daol kleze ! -

'Nn aotro Rosmadek a lare,
D'ann aotro Baron, p' c'honee :
- Baron, dastum d'vouchouero,
Mar 'an war-n-ez-he m'ho saotro. -

- Pa ve saotret m' mouchouero,
Arc'hant 'walc'h 'zo em godelo ;
Arc'hant 'walc'h 'zo em godelo,
Merc'hed 'zo 'r vro hag ho gwalc'ho ;

N'as be ket nec'h gant kement-se,
C'hoari hardiz da daol kleze;
C'hoari d' daol kleze pa gari,
Oud aman en heur ma varwi ! -

N'oa ket he c'hir peurlavaret,
He benn diwar he gorf 'n euz troc'het,
Ha taolet 'n ez-han war ar ru,
D'ar vugale d' c'hoari dotu.

Hag ann dut jentil a lare
Ann eill d'egile an-ez-he :
- Set' 'r Baron bihan 'vont aman,
Ha penn ar Rosmadek gant-han ! -

Ma lare ann eill d'egile :
- Hennes ' oar c'hoari ar c'hleze ! -

V

He vamm 'r Varones 'c'houlenne
Euz 'r Baron bihan, p'arrue :
- Ma mab ar Baron, d'in laret,
Bet oc'h euz buhe Rosmadek ? -

Ar Baron bihan a laras,
D'he vamm 'r Varones, p'hi c'hlewas :
- Ma mamm, 'man he benn war ar ru,
Gant 'r vugale 'c'hoari dotu ! - (2)
I

Entre Rosmadec et le Baron (3)
S'est élevé un petit désaccord,
Au sujet d'une avenue d'arbres
Qui leur appartenait de compte-à-demi.

Le seigneur de Rosmadec disait
Qu'il voulait avoir le choix des arbres;
Qu'il voulait avoir le choix des arbres,
Et ses héritiers après lui.

- Avant d'avoir le choix des arbres,
Il te faudra les gagner ! -
Le seigneur de Rosmadec disait
Au seigneur Baron, ce jour-là :

- Allons tous les deux au Pré-Neuf
Pour jouer un coup d'épée. -
- Moi, je n'irai pas jouer de l'épée,
Il faut que j'aille à la messe :

- Allons tous les deux à la messe,
Pour conjurer le mauvais sort;
Allons à la grand-messe et aux vêpres,
Qui conjurent beaucoup de mauvais sorts. -

Nous n'irons pas à la grand'messe,
[l faut aller jouer de l'épée;
Allons tous les deux au Pré-Neuf,
Pour jouer un coup d'épée. -

II

Arrivés au Pré-Neuf,
Ils se sont mis à jouer de l'épée ;
Et quand ils eurent commencé à jouer de l'épée,
Le seigneur Baron gagnait (avait l'avantage).

Le seigneur Rosmadec dit
Au seigneur Baron, qui avait l'avantage :
- Baron, ramasse tes boucles,
Si je marche dessus je les briserai. -

Il s'est baissé pour ramasser ses boucles (de souliers),
Le traître l'a traversé (de son épée)!....
Le seigneur Baron disait
A son petit page, en ce moment :

- Guillaume Le Bélec, mon bon serviteur,
Va quérir un prêtre, pour me confesser,
Un médecin pour arrêter mon sang,
Pour que j'aie la vie de Rosmadec ! -

Guillaume Le Bélec dit
A son maître le Baron, quand il l'entendit :
- Mieux vaudrait faire votre testament,
Pendant que vous avez votre entendement. -

Le premier testament qu'il fit,
Ce fut d'offrir son âme à Dieu :
- Guillaume Le Bélec, mon bon ami,
Vous allez à la maison, moi je n'y vais pas :

Faites mes compliments à ma femme,
Mais ne lui dites pas que j'ai été tué;
Mais dites lui que je serai allé à Paris,
Pour saluer le roi Louis;

Dites que je serai allé à Paris,
Pour saluer le roi Louis,
Et que j'ai acheté un nouveau cheval,
Le petit coeur de mon cheval était trop gai. -

III

La baronne demandait
A Guillaume Le Bélec, ce jour-là :
- Guillaume, Le Bélec, dites-moi,
Où est allé votre maître le Baron ? -

- Mon maître est allé à Paris,
Pour saluer le roi Louis,
Et il a acheté un nouveau cheval,
Le petit coeur de son cheval était trop gai. -

Guillaume Le Bélec disait,
Quand il était à souper, cette nuit-là :
- Savoir qui aura la hardiesse
D'annoncer la nouvelle à Madame ?

D'annoncer la nouvelle à Madame,
Que notre maître le Baron a été tué?
Quand il s'est baissé pour ramasser ses boucles,
Rosmadec le traître l'a traversé de son épée! -

La petite servante, quand elle entendit,
Monta aussitôt par l'escalier tournant;
Elle est montée par l'escalier tournant,
Et a dit à la Baronne :

- Seigneur Dieu, que faire ?
Notre maître le Baron a été tué!
Quand il s'est baissé pour ramasser ses boucles,
Rosmadec le traître l'a traversé de son épée! -

Quand la Baronne a entendu,
Elle est tombée trois fois à terre;
Elle est tombée trois fois à terre,
La petite servante l'a relevée.

Quand le jeune Baron a appris,
Il a dit à sa mère la Baronne :
- Ma mère chérie, ne pleurez pas,
Moi, j'aurai la vie de Rosmadec; ! -

IV

Et quand il fut arrivé à l'âge de quinze ans,
Il a dit à sa mère la Baronne :
- Ma mère la Baronne, si vous m'aimez,
Vous me donnerez l'épée de mon père ;

Vous me donnerez l'épée de mon père,
Pour aller trouver Rosmadec;
Pour aller trouver Rosmadec,
Car il faut que j'aie sa vie ! -

Le jeune Baron disait,
En arrivant chez Rosmadec :
- Bonjour et joie à tous dans cette maison,
Rosmadec, où est-il? -

La Gouvernante répondit
Au jeune Baron quand elle l'entendit :
- Il est là-haut, dans sa chambre,
Allez le trouver, si vous voulez. -

- Je n'irai pas le trouver dans la chambre,
Mais il descendra quand il en sera prié. -
Quand Rosmadec entendit cela,
Il mit la tête à la fenêtre;

Il a mis la tête à la fenêtre
Et a dit au jeune Baron :
- Jeune Baron, retire-toi de là,
Car j'ai pitié de ton sang! -

- N'ayez nulle pitié de mon sang,
Puisque vous n'en aviez pas de celui de mon père :
Et hâtez-vous de descendre,
Ou je mettrai le feu à tous vos biens!

Hâtez-vous de venir jouer (de l'épée) avec moi,
Ou je mettrai le feu à votre maison ;
Ou je mettrai le feu à votre maison,
Et vous laisserai brûler au milieu ! -

Le seigneur de Rosmadec disait,
En faisant ses adieux aux gens de sa maison :
- Je vais en ce moment au Pré-Neuf,
Et je suis sûr que j'y perdrai la vie! -

Quand ils sont allés jouer de l'épée,
Le jeune Baron gagnait :
Le seigneur de Rosmadec disait
Au jeune Baron, voyant qu'il avait l'avantage :

- Baron, ramasse tes boucles,
Si je marche dessus, je les briserai. -
- Et quand mes boucles seraient brisées,
J'ai de l'argent assez dans rues poches;

J'ai de l'argent assez dans mes poches,
Pour en avoir d'autres qui les remplaceront;
Ne t'inquiète pas de cela,
Et joue hardiment ton coup d'épée ! -

Le seigneur de Rosmadec disait,
Au seigneur Baron qui avait l'avantage :
- Baron, ramasse tes mouchoirs,
Si je marche dessus, je les souillerai. -

- Et quand mes mouchoirs seraient souillés,
J'ai de l'argent assez dans mes poches;
J'ai de l'argent assez dans mes poches,
Il y a des filles dans le pays qui les laveront :

Ne t'inquiète donc point de cela,
Et joue hardiment ton coup d'épée;
Joue ton coup d'épée quand tu voudras,
Car voici l'heure où tu mourras! -

Il n'avait pas fini de parler,
Qu'il lui trancha la tête de dessus le corps,
Et la jeta sur la rue,
Aux enfants, pour jouer à la crosse!

Et les gentilshommes disaient,
Se disaient l'un à l'autre :
- Voici le jeune Baron qui passe,
Portant la tête de Rosmadec!

Et ils se disaient l'un à l'autre :
- Celui-là sait jouer de l'épée ! -

V

Sa mère la Baronne demandait
Au jeune Baron, quand il arriva :
- Mon fils le Baron, dites-moi,
Avez-vous ou la vie de Rosmadec ? -

Le jeune Baron répondit,
A sa mère la Baronne, quand il l'entendit :
- Ma mère, sa tête est sur la rue,
Servant aux enfants à jouer à la crosse - (4)


Le sujet

Voir la traduction

Notes de Luzel
(1) VARIANTE
Er bloaz mil seiz kant pevarzek,
P'oa bet ar stadou en Naonet :
- Eomp-ni holl d'ann oferenn,
Ha goude-ze ni ' gombatto! -

(2) Une autre version ajoute :
- Me 'm euz laket he benn war 'r pave
D' servijout d' voul c'hillou d'ez-he ! -

(3) Variante :
En l'année mil sept cent quatorze,
Quand les états furent tenus à Nantes :
- Allons tous aux messes,
Ensuite nous nous battrons -

(4) Variante :
- J'ai mis sa tête sur le pavé
Pour leur servir de boule à jouer aux quilles ! -


Source

Paroles extraites des "Gwerziou Breiz-Izel", de François-Marie Luzel, publié en 1868
Chanté par Renan, le sabotier, commune de Trégrom, en 1854

Maurice Duhamel, dans "Musiques bretonnes", ne donne pas de musique pour cette chanson