I

Ar bennherez a Geroulas
He devoa un diduel vras
En ur c'hoari diouzh an dizez
Gant bugale an aotrounez

Evit ar bloaz n'he deus ket graet
Rak he danvez na aotre ket
Emzivadez eo a-berzh tad
Grad-vat he c'herent a vez mat

"Va holl gerent a du va zad
N'o deus biskoazh karet va mad
Nemet c'hoantaet va marv
Da gaout war-lerc'h va madoù"

II

"Ar bennherez a Geroulas
He deus hiriv plijadur vras
O tougen ur sae satin gwenn
Ha bokedoù aour war he fenn

Ned eo ket botoù lasenet
Boas ar bennherez da gaouet
Boteier seiz ha loeroù glas
Boas ur bennherez Keroulas"

Evel-se a gomzed er sal
Pa zeue 'r bennherez er bal
Rak markiz Melz oa erruet
Gant he vamm hag heul bras-meurbet

"Me garje bezañ koulmig c'hlas
War an doenn a Geroulas
Evit klevet ar gomplidi
Etre he vamm ha va hini

Me a gren gant pezh a welan
N'eo ket hep soñj int deut amañ
Eus a Gernev, pa zo en ti
Ur bennherez da zimeziñ

Gant he vad hag he anv brudet
Ar markiz-se din na blij ket
Hogen Kerdomas pellik zo
A garan, a garin atav"

Nec'het oa ivez Kerdomas
Gant an dud deut da Geroulas
Karout eure ar bennherez
Hag a lavare alies :

"Me garje bezañ eostig-noz
Er jardin war ur bodig roz
Pa zeufe da zastum bleunioù
Ni 'n em welfe eno hon-daou

Ma garje bezañ krakhouad
War al lenn a walc'h he dilhad
Evit glebiañ va daoulagad
Gant an dour a c'hleb he daoudroad"

III

Na Salaun a zegouezhas
Da sadorn-noz e Keroulas
War e varc'hig du d'ar maner
'Vel ma oa boazet da ober

War an nor borzh pa 'n eus skoet
Ar bennherez 'n eus digoret
Ar bennherez, o tont er-meaz
O reiñ un tamm boued d'ur paour keazh

"Pennherezig, din leveret,
Peleac'h eo ho tudjentiled ?
- Aet int da gas ar chas d'an dour
Salaun, kae prim d'o sikour

- Ned eo ket evit dourañ chas
Ez on deuet da Geroulas
Nemet evit ober al lez
Ra viot furoc'h, pennherez"

IV

Ar bennherez a lavare
D'he mamm itron, en dervezh-se :
"Abaoe 'mañ ar markiz amañ
Va c'halon zo deut da rannañ

Va mamm itron, ha me ho ped,
D'ar markiz Melz n'em roit ket
Va roit kent da Berrarrun
Pe, mar kirit, da Salaun

Va roit kent da Gerdomas,
Hennezh en deus ar muiañ gras
E ti-mañ e teu alies
Hag e lezit din ober lez

- Kerdomas, din-me leveret,
Da Gastelgall ha c'hwi zo bet ?
- Da Gastelgall ez on-me bet
Mad, m'hen toue, n'em eus gwelet

Mad, m'hen toue, n'em eus gwelet
Nemet ur gozh sal mogedet
Ha prenestroù hanter torret
Ha dorojoù bras keflusket

Nemet ur gozh sal mogedet
Ennañ ur c'hwregig kozh louet
O trailhañ foenn d'he c'haboned
Mar defe kerc'h na refe ket

- Gaou a livirit, Kerdomas,
Ar markiz zo pinvidik-bras
E zorojoù zo arc'hant gwenn
E brenestroù zo aour melen

Hounnezh a vezo enoret
A vezo gantañ goulennet
- N'em bezo, mamm, enor ebet
Nag ivez n'e c'houlennan ket

- Va merc'h, ankounit an holl-se
Tra kent ho mad ne zalc'han-me
Roet ar gerioù, an dra zo graet
D'ar markiz viot dimezet"

Itron Keroulas a gomze
Ouzh ar bennherez evel-se
Dre m'he doa erez er galon
Ha oa Kerdomas he mignon

"Ur walenn aour hag ur sined
Gant Kerdomas oant din roet
O c'hemeris en ur ganañ
Me o azroy en ur ouelañ

Dal, Kerdomas, da walenn aour,
Da sined, da garkanioù aour,
N'on ket lezet d'az kemeret
Miret da zraoù ne dlean ket"

V

Kriz vije 'r galon na ouelje
E Keroulas neb a vije
O welet ar bennherez keazh
O poket d'an nor pa'z ea meaz

"Kenavo, ti bras Keroulas,
Biken ennoc'h na rin ur paz
Kenavo, ma amezeien,
Kenavo bremañ, da viken"

Peorien ar barrez a ouele
Ar bennherez o frealze :
"Tavit, peorien, na ouelet ket,
Da Gastelgall deut d'am gwelet

Me a roy aluzenn bemdez
Teir gwech sizhun, dre garantez,
Triwec'h palevarzh a winizh
A gerc'h ivez kerkoulz hag heiz"

Ar markiz Melz a lavare
D'e c'hwreg nevez pa he c'hleve :
"'Vit kement-all na refot ket
Rak va madoù na badfent ket

- Va aotrou, hep kaout ho re,
Me roio aluzenn bemdez
Evit dastumiñ pedennoù
Goude hor marv, d'hon eneoù"

VI

Ar bennherez a lavare
E Kastelgall, daou viz goude :
"Ne gavfen ket ur c'hannader
Da zougen d'am mamm ul lizher ?"

Ur pajig yaouank a gomzas
Ouzh an itron pa he c'hlevas :
"Skrivit lizherioù, pa gerfet,
Kannaderien a vo kavet"

Koulskoude ul lizher skrivas
Ha d'ar paj e-berr e roas
Gant gourc'hemenn evit e gas
Raktal d'he mamm da Geroulas

Pa erruas al lizher ganti
A oa er sal oc'h ebatiñ
Gant lod tudjentil eus ar vro
Ha Kerdomas a oa eno

P'he doa-hi al lizher lennet
Da Gerdomas 'deus lavaret :
"Likit dipra kezeg raktal
Ma'z aimp fenoz da Gastelgall"

Itron Keroulas c'houlenne
E Kastelgall pa errue :
"Netra nevez zo en ti-mañ
P'eo stegnet ar perzhier giz-mañ ?

- Ar bennherez oa deut amañ
A zo marv en nozvezh-mañ
- Ma eo marv ar benneherez
Me a zo he gwir lazherez !

Meur wech he doa din lavaret :
D'ar markiz Melz n'em roit ket
Va roit kent da Gerdomas
Hennezh en deus ar muiañ gras"

Kerdomas ha 'r vamm dizeürus
Skoet gant un taol ken truezus
Zo en em ouestlet da Zoue
Er c'hlaostr du, evit o buhez



Le sujet

I
L'héritière de Keroulaz avait bien du plaisir à jouer aux dés avec les enfants des seigneurs.
Cette année, elle n'a point joué, car ses biens ne le lui permettaient pas ; elle est orpheline du côté de son père ; l'agrément de ses parents serait bon à avoir.
- Aucun de mes parents paternels ne m'a jamais voulu de bien ; ils ont toujours souhaité ma mort, pour hériter ensuite de ma fortune. -

II

- L'héritière de Keroulaz est aujourd'hui bien heureuse ! Elle porte une robe de satin blanc et des fleurs d'or sur la tête.
Ce ne sont point des souliers à lacets que l'héritière a coutume de mettre, ce sont des souliers de soie et des bas bleus, comme il sied à une héritière de Keroulaz. -
Ainsi parlait-on dans la salle, quand l'héritière entra en danse ; car le marquis de Mesle était arrivé avec sa mère et une suite nombreuse.
- Je voudrais être petit pigeon bleu, sur le toit de Keroulaz, pour entendre ce qui se trame entre sa mère et la mienne.
Ce que je vois me fait trembler ; ce n'est point sans dessein qu'ils sont venus ici de Cornouaille, quand il y a dans la maison une héritière à marier.
Avec son bien et son grand nom, ce marquis-là ne me plaît pas ; Kerthomaz est celui que j'aime depuis longtemps, celui que j'aimerai toujours. -

Kerthomaz lui-même était tout soucieux, en voyant les personnes qui venaient d'arriver à Keroulaz, car il aimait l'héritière, et disait souvent :
- Je voudrais être rossignol de nuit, dans son jardin, sur un rosier; quand elle viendrait cueillir des fleurs, nous nous y verrions tous les deux.
Je voudrais être sarcelle sur l'étang où elle lave ses robes, pour mouiller mes yeux dans l'eau qui mouillerait ses pieds. -

III

Salaün, lui aussi, arriva le samedi soir, selon sa coutume, au manoir de Keroulaz, monté sur son petit cheval noir.

Comme il frappait à la porte de la cour, l'héritière lui ouvrit; l'héritière, qui sortait pour donner un morceau de pain à un pauvre.

- Petite héritière, dites-moi, où est allée la compagnie ?

- Conduire les chiens à l'eau, Salaün; allez les aider.
- Ce n'est pour faire boire les chiens que je suis venu à Keroulaz, mais bien pour vous faire la cour ; sovez plus gentille, héritière. -

IV

L'héritière disait à madame sa mère, ce jour-là : - Depuis que le marquis est ici, mon coeur est brisé.
Madame ma mère, je vous en supplie, ne me donnez pas au marquis de Mesle ; donnez-moi plutôt à Pennanrun, ou, si vous aimez mieux, à Salaün ;
Donnez-moi plutôt à Kerthomaz ; c'est celui-là le plus aimable : il vient souvent en ce manoir; et vous le laissez me faire la cour. -

- Dites-moi, Kerthomaz, êtes-vous allé à Châteaugal ?
- Je suis allé à Châteaugal mais, ma foi, je n'y ai rien vu de bien ;

Je n'y ai rien vu de bien ; je n'y ai vu qu'une méchante salle enfumée, et des fenêtrés à demi brisées, et de grandes portes qui chancellent ;
Qu'une méchante salle enfumée, où une vieille femme grisonnante hachait du foin pour ses chapons, faute d'avoine à leur donner.
- Vous mentez Kerthomaz, le marquis est fort riche ; les portes de son château brillent comme de l'argent, et les fenêtres comme de l'or;
Celle-là sera honorée, que le marquis demandera.
- Cela ne me fera aucun honneur, ma mère ; aussi je ne le demande pas
- Ma fille, changez de pensées, je ne veux que votre bonheur ; les paroles sont données ; la chose est faite : vous épouserez le marquis.

La dame de Keroulaz parlait ainsi à l'héritière, parce que la jalousie était au fond de son coeur, et qu'elle aimait Kerthomaz.

- Kerthomaz m'avait donné un anneau d'or et un sceau ; je les acceptai le coeur gai, je les rendrai en pleurant.

Tenez, Kerthomaz, votre anneau d'or, votre sceau, vos chaînes d'or ; on ne veut pas que je vous épouse ; je ne puis garder ce qui vous appartient. -

V

Dur eût été le coeur qui n'eût pas pleuré, à Keroulaz, à voir la pauvre héritière embrasser la porte en sortant.

- Adieu, grande maison de Keroulaz, vous ne me verrez plus ; adieu, chers voisins ; adieu, pour jamais !

Les pauvres de la paroisse pleuraient ; l'héritière les consolait :
- Taisez-vous, pauvres gens, ne pleurez pas ; venez me voir à Châteaugal.

Je ferai l'aumône tous les jours ; et, trois fois par semaine, une charité de dix-huit quartiers de froment, et d'orge et d'avoine. -

Le marquis de Mesle dit à sa jeune épouse, en l'entendant parler ainsi :

- Pour cela vous ne le ferez pas ; car mes biens n'y suffiraient point !

- Sans prendre sur vos biens, messire, je ferai l'aumône chaque jour, afin de recueillir des prières pour nos âmes, après notre mort. -

VI

L'héritière demandait, deux mois après, étant à Châteaugal : - Ne trouverai-je pas un messager pour porter une lettre à ma mère ? -

Un jeune page répondit à la dame:
- Écrivez quand vous voudrez, on trouvera des messagers. -

Elle écrivit donc une lettre, et la remit à un page, avec ordre de la porter incontinent à sa mère, à Keroulaz.

Lorsque la lettre arriva à sa mère, elle s'ébattait dans la salle avec quelques gentilshommes du pays, parmi lesquels était Kerthomaz.

Quand elle eut lu la lettre, elle dit à Kerthomaz :
- Faites seller promptement les chevaux, que nous nous rendions cette nuit à Châteaugal. -

En arrivant à Châteaugal, madame de Keroulaz dit : - N'y a-t-il rien de nouveau ici, que la porte cochère est ainsi tendue ?
- L'héritière qui était venue ici est morte cette nuit.
- Si l'héritière est morte, c'est moi qui l'ai tuée !

Elle m'avait dit souvent : Ne me donnez pas au marquis de Mesle ; donnez-moi plutôt à Kerthomaz ; celui-là est le plus aimable. -

Kerthomaz et la malheureuse mère, frappés d'un coup si cruel, se sont consacrés à Dieu, dans un cloître sombre, pour la vie.


Source

Chanson extraite du "Barzhaz Breizh", le premier grand recueil de chansons bretonnes, publié par Hersart de la Villemarqué (Kervarker en breton) en 1839