Mac'h hano ê Olier Hamon
Den jentil iaouank deuz ar c'hanton

Tud honest eo ma mamm ha ma zâd
Me zo den fall hag a ligné vâd

Ho daou ho devoa kalz a vado
Neuzé hiz d'ar skol de studio ( 1 )

A zonjé ganthé vijen belec
Mez allaz ho zonch ho deuz manket

Pa voa er gloer all di studiañ
E vijen en davarn oc'h evañ ( 2 )

E vijen n'eun davarn bennaket
Oc'h evañ gand an dimezelet.

Ma zad ha ma mamm p'ho deuz klevet
O komz deuz ma buhé dirollet

Zo skrivet lizer d'î gand me zât
De donet d'er ger de labourat

Kersé mat oa gand me c'hostenno (3)
Maneañ ar bal hag an trancho (4)

Ezetoc'h vije d'in en hanter
E veañ er scol e Landreger

O veañ er scol e Landreger
O vanea' plun hag ar paper

Ma zad zo bet dign advocat mât
'N euz kavet eur plac'h a ligné vât

Dihant tri mil skoed am euz bet
Ha meubl hag arc'hant gand ma friet

M'em oa kalz arc'hant euz pa friet
Met a benn tri bloaz e oe foeltret

Ha p'am oe foeltred oll va mado
Ec'h iz kuit neuzé da Zant Malo

Deuz a Zant Malo c'h iz da Gemper
Da gât an eskop a Bodlinker

Balamour d'am gleo oan klasket
Gant an hucher e oan poursuet.

Bet' plouz ma gwélé on bet klasket
Ma vijèn bet kaet vijen bac'hiet

Ma vijèn bet kaet vijèn bac'hiet
Chetu azé finvez fall eur c'hloarec.



Le sujet


Je m'appelle Olivier Hamon, je suis un mauvais garçon issu d'une famille de bonne lignée. Mes parents m'ont envoyé étudier pour que je devienne prêtre, mais je passais mon temps à l'auberge avec les filles. En apprenant cela, mes parents m'ont fait rentrer à la maison et à travailler la terre
Mon père m'a trouvé une fille riche ; en trois ans, j'avais dilapidé tout son bien. Je suis allé à Saint Malo, puis chercher refuge auprès de l'évêque de Quimper, mais les créanciers étaient sur mes traces, et si on m'avait attrapé, c'était la prison ; voici la destinée d'un clerc

Notes d'Alfred Bourgeois

M. Luzel donne également une version de cette chanson peu différente de la nôtre, aussi n'en donnons-nous que le texte et l'air.


(1) La terminaison en o de l'infinitif, usitée seulement dans la Haute-Cornouaille, est introduite ici pour faire la rime, ce sône m'ayant été chanté dans le dialecte de Goélo.
(2) Remarquons qu'on emploie ici l'imparfait du conditionnel au lieu de l'imparfait de l'indicàtif.
(3) kersê, qui n'est guère en usage qu'en Tréguier, signifie proprement « désappointement ».
(4) an trancho, « les bêches », on emploie ici le pluriel pour le singulier.


Source

"Kanaouennoù Pobl", chansons recueillies par Alfred Bourgeois dans la deuxième moitié du XIXème siècle ; le recueil a été publié en 1959 à Paris