War ar c'heleioù a lenner
Penaos en kêr a Landreger
A zo bet ur cholori vras
Evel n'hon eus klevet biskoazh
Barzh en ur vro sivilizet
Gwasoc'h int bet 'vit sauvajed
Man turlufan turlurette
Eva c'houip, c'houic'h, c'hwec'h
Man turlurette et roul lon la
Man turlura


Bete vremañ Landregeriz
A oa uzelet gant justiz
Evel skouer d'an holl Vretoned
Mez bremañ o deus 'n em vastaret
Rag n'ez eus micher izeloc'h
Evit n'ez eo dilost ar moc'h

Kriz vije 'r galon na ouelje
A lare din moñs Gwenole
O klevet ar wiz 'skourijal
Dirak ur vandenn dud vrutal
Ha pere na n'espernont den
Nag 'n Aotrou Mer nag e seizenn

Nez eus ket ezhomm da c'houlañ
Keloù deus Harri an Daogan
N'eus ket abaoe ma skuilh daeroù
Deus loened paour a zo marv
En ur feson ar skrijusañ
A ouifed da imajinañ

Siwazh, siwazh ! Landregeriz
Ar wech-mañ 'peus poac'hed ho piz
P'oc'h eus bet abred ankoue'het
Ho poa un eskop goulennet
Un druez ve reiñ eskibien
Da dud a zo ker skañv o fenn !

Alies a wech am eus klevet
Komz a c'housperoù d'ar c'hwiled
Met biskoazh nep lec'h ne glevis
Komz a c'housperoù da ur wiz
Chañjet a c'hiz ma mignoned
Pe vefet trec'h d'ar sauvajed

Bremañ hallo Landregeriz
Da vijiloù debriñ saousis
Ha disfial re a Langoat
Da ve'añ birviken ankoat
Ar pezh a zo bet c'hoarve'et
D'ur wiz de ve'añ dilostet

E Landreger emañ ar c'hiz
Da redek holl war-lec'h ur wiz
Kerkoulz bourc'hizien 'vel noblañz
Ho devoe peb a dismegañz
P'o deus kavet o flijadur
E-barz en c'hoarioù ken hudur !

Na mar oc'h eus c'hoant da glevet
Gant lost ar wiz petra zo graet
Kaset eo bet de Arago
Hervez lavar er c'heleioù
Gant ar lost-mañ an den gouiziek
N'eus graet ur steredenn lostek



Le sujet

Les notes d'Alfred Bourgeois indiquent bien le sujet :

Il y a une cinquantaine d'années et plus, une coutume bizarre se pratiquait à Tréguier pendant le Carnaval. La mardi gras, on lâchait sur la place une truie dont on avait graissé la queue, et l'animal devait appartenir à celui qui arriverait à la lui arracher. Il en résultait une scène tumultueuse, les hurlements de la bête se mêlant aux cris des lutteurs et des spectateurs. Le plus curieux de l'affaire c'est que le Maire présidait en écharpe à la fête, pour y maintenir l'ordre, sans doute ; mais cela était difficile. Il s'ensuivait toujours une confusion indescriptible, fort gênante pour le magistrat municipal qui était le plus souvent bousculé dans la bagarre, comme l'indique la chanson. Les efforts pour arracher la queue de l'animal étaient naturellement assez longtemps infructueux ; enfin lorsqu'elle était suffisamment dégraissée on arrivait au résultat désiré, aux applaudissements de la foule

Cette coutume burlesque et brutale donna bientôt prise à la critique ; on lui reprochait d'être cruelle, car on était souvent obligé de tirer l'animal par les deux bouts et, en quelque sorte, de l'écarteler

La chanson a été composée pour flétrir ce divertissement et les abus auxquels il a donné lieu. Elle m'a été chantée par un conscrit de Trégonneau (Côtes-d-Nord), en 1860. Cette coutume n'a pas dû avoir de durée ; d'après le texte, elle a pu prendre naissance à l'époque où Arago s'était acquis une réputation d'astronome, c'est-à-dire vers l'an 1840


Source

"Kanaouennoù Pobl", chansons recueillies par Alfred Bourgeois dans la deuxième moitié du XIXème siècle ; le recueil a été publié en 1959 à Paris