Me zo deut betek amañ
Evit kanañ un dañs
Bremañ pa'z on erruet
Na gredan ket a komañs

Abaoe m'he deus taolet
Ur sell tener warnon
Va mouezh a zo diraouilhet
Ha tommet eo va c'halon

Ha bremañ ni 'z ay en-dro
Laouen holl ha seder
'N ur ganañ betek ma vo
Peurskuizhet hon divesker



Le sujet

Je suis venu jusqu'ici pour chanter une danse
Maintenant que je suis arrivé, je n'ose pas commencer

Depuis qu'elle a jeté un regard tendre sur moi
Ma voix est désenrouée et mon coeur est réchauffé

Et maintenant nous irons, tout heureux et sereins
En chantant jusqu'à ce que nos jambes soient mortes de fatigue

"Bien qu'elle ait été recueillie à Plestin, cette chanson est originaire de Scrignac, en Cornouaille" (note de Bourgault-Ducoudray)


Source

Extrait de "Trente chansons populaires de Basse-Bretagne", recueil de Bourgault- Ducoudray paru en 1885
Chanson recueillie auprès de Magalon, bourrelier, à Plestin. Bourgault-Ducoudray ne donne que le premier couplet ; les suivants, "réécrits" par le "barde" E. Cueff, figurent dans la réédition de 1947