1
Disul de gent-ahoé, deu hantér er galon, (3 guéh)
Kleuet en ordonans e lénas er person;

2
E kleuet er person é len en ordonans,
Hag er baotred iouank chervij er Roué a Frans !

3
Él ma té en dén-men er méz ag en iliz,
Ean rankontras ino é zousig Mari-Louiz.

4
" Bonjour d'oh, Mari-Louiz, bonjour d'oh e laran;
Bonjour ha kenevo eit men guéh devéhan!

5
" Chetu 'men, Mari-Louiz, e hran d'oh a brezant
Ur mouched koton guen hag ur hoalen argant;

6
" Ur mouched koton guen hag ur hoalen argant,
Hag é han mé bremen de chervijein bro Frans !

7
-- P'arriueet ino, skrivet d'ein ul lihér;
Nezé, ma voureet, me iei dadoh eùé. "

8
N'hé doé ket hoah lénet, a hantér, el lihér
Pe saillas de glaskein alhué hé armenér;

9
Pe saillas de glaskein alhué hé armenér,
Eit prenein un abit, eit monet d'en armé.

10
" Bonjour d'oh, kapitén, ha d'oh hui, komandant,
Ha hui m'angajehé é blein hou réjimant?

11
- O ia dénig iouank, rak ma oh élégant,
Angajet sur veet é blein hor réjimant. "

12
Pe oé arriù ino, hi doé ean anaùet,
Eit bout kansort gulé hé doé ean goulennet.

13
" Bonjour d'eh, kapitén, ha d'oh hui, komandant!
Hui rei d'ein me honjé, bremen p'er goulennan;

14
" Bremen per goulennan, hui rei d'ein me konjé,
Hani me hamerad, hui er rei d'ein eùé.

15
- Ne pas, dénig iouank, n'hou po ket hou konjé,
Hani hou kamerad hui n'hou po ket eùé.

16
- Aveit ur plah iouank, seih vlé 'n hou réjimant,
N' ret ket d'ein me honjé bremen p'er goulennan?

17
- Mar d'oh hui merh iouank, èl ma laret é oh,
Me rei d'oh hou konié, ne gousto nitra d'oh.

18
N' gousto nitra d'oh eit kaout hou konjé;
Hani hou kamerad e vo reit d'oh eùé. "

19
Chetu deit er seih vlé, mant é tonet d'er gér :
" Me huél en Oriant, Perh-Loeiz hag é vanér.

20
" Me huél en Oriant ha manér er Porh-Loeiz;
Él léh-sen é vagér men dousig Mari-Loeiz.

21
- Na mar dé Mari-Louiz en hani e glasket,
Chetu seih vlé paset oé genoh é kousket !

22
- P'em behé mé gouiet é oeh hui Mari-Louiz,
N'ou pehé montet gard na groeit en ekselsis! "

23
" Deit hui, Eutru Person, deit'ta bean d'hous iliz,
D'aliansein deu zén 'tonet ag er chervij.

24
- Me zo, Eutru Person, ne chaoj ket d'ein bout sot,
Eit monet d'em iliz d'aliansein deu baotr!

25
- Ne hues chet chonj, Eutru, ag er verh Mari-Louiz,
Gañnet én hou parréz, badéet 'n hous iliz?

26
Mar doh hui Mari-Louiz, èl ma laret é oh,
Mé hous aliansio ne gousto nitra d'oh.

27
- Me zo mé Mari-Louiz, rouañnéz en ol merhed,
E hrei konz anehi ér pear horn ag er bed!


Le sujet


Marie-Louise

1. Dimanche matin, [on avait] le coeur brisé (ter) en entendant l'ordonnance que lut le recteur;

2. En entendant le recteur lire l'ordonnance - [enjoignant] aux jeunes gens d'aller servir le Roi de France !

3. Comme cet homme sortait de l'église, il rencontra sa petite douce, Marie-Louise.

4. " Bonjour à vous, Marie-Louise, bonjour je vous dis; - bonjour et adieu pour la dernière fois !

5. " Voici, Marie-Louise, ce que je vous offre en cadeau : - un mouchoir de coton blanc et une bague d'argent;

6. " Un mouchoir de coton blanc et une bague d'argent, - Et je vais maintenant servir le pays de France! "

7. " Quand vous serez à destination, écrivez-moi une lettre; - alors, si vous vous plaisez là, j'irai vous rejoindre. "

8. Elle n'avait pas encore lu, à moitié, la lettre - qu'elle sauta pour chercher la clef de son armoire;

9. Qu'elle sauta pour chercher la clef de son armoire, afin d'acheter un costume pour aller à l'armée.

10. " Bonjour à vous, capitaine, et à vous commandant, - m'engageriez-vous en tête de votre régiment?"

11. " Certainement, jeune homme, car vous êtes élégant. - Vous serez engagé en tête de notre régiment. "

12. Lorsqu'elle y fut, elle le reconnut (son galant) - elle le demanda comme compagnon de lit.

13. " Bonjour à vous, capitaine, et à vous, commandant! - Vous me donnerez mon congé, maintenant que je vous le demande;

14. " Maintenant que je vous le demande, vous me donnerez mon congé, - celui de mon camarade vous me le donnerez aussi. "

15. " Non pas, jeune homme, vous n'aurez pas votre congé, - celui de votre camarade non plus. "

16. " A une jeune fille depuis sept ans dans votre régiment,- vous lui refuseriez son congé quand elle le demande? "

17. " Si vous êtes jeune fille, comme vous le dites, - je vous donnerai votre congé sans qu'il vous coûte un sou.

18. " Il ne vous coûtera rien pour avoir votre congé; - vous aurez de plus celui de votre camarade. "

19. Les sept ans sont terminés, ils reviennent à la maison; " je vois Lorient, Port-Louis et son château;

20. " Je vois Lorient et le château de Port-Louis; - c'est là qu'est nourrie ma douce Marie-Louise. "

21. " Si c'est Marie-Louise, celle que vous cherchez, - voilà plus de sept ans qu'elle couchait à vos côtés !

22. " Si j'avais su que vous étiez Marie-Louise, - vous n'auriez pas monté la garde ni fait l'exercice ! "

23. " Venez, monsieur le Recteur, venez vite à votre église, - pour alliancer deux personnes qui reviennent du service. "

24. " Je suis monsieur le Recteur, il ne me convient pas d'être assez sot, - pour me rendre à mon église marier deux garçons. "

25. " Ne vous souvenez-vous pas, Monsieur, de la fille Marie-Louise - née dans votre paroisse, baptisée dans votre église ? "

26. " Si vous êtes Marie-Louise, comme vous me l'affirmez, - je vous marierai sang qu'il vous en coûte un sou. "

27. " Je suis Marie-Louise, la reine de toutes les filles, - qui fera parler d'elle aux quatre coins du monde!

Les paroles sont en dialecte vannetais


Source

Le recueil "Guerzenneu ha soñnenneu Bro-Guened / Chansons populaires du Pays de Vannes" de Loeiz Herrieu et Maurice Duhamel, édité en 1911, réimprimé récemment (1997) par les Editions Eromi, 2 rue Paul Bert à Lorient
(Chanté par la mère de L. Herrieu, Isabelle Le Caignec, Ploemeur.)