Marc'haridig (he-unan er gêr)

Aet eo Pipi d'ar Pompilher
Julivi julivan, julivi livi liveno
Aet eo Pipi d'ar Pompilher
Da gerc'hat dour gant e bicher

A-benn e tistroio vo deiz
Meulomp Doue ! Meulomp Doue !

Ar c'hure (oc'h erruout e ti Marc'haridig)

Me ' m eus kig ha rost da zebriñ
Hag ur plac'h koant d'am servijiñ

Da gousket ganin em gwele
Meulomp Doue ! Meulomp Doue !

Fañch ar Pilhaouer (o tont en ti da glask pilhoù)

Me 'm eus ul lapous em faner
Ha pa gano, a strako kêr

Kanañ raio raok ma vo deiz
Meulomp Doue ! Meulomp Doue !

Pipi (o tont er-maez eus paner Fañch ar Pilhaouer)

Na pell zo em boa-me soñjet
Deue ar c'hure gant va gwreg

Mez bremañ me a zo serten
Rak gwelet 'm eus dreuz d'ar werenn


Le sujet

La petite Marguerite se réjouit de savoir Pierre parti chercher de l'eau à la pompe. Le curé arrive, et se voit déjà au lit avec la fille ; sur ce arrive François, le chiffonnier, qui annonce qu'il a un oiseau dans son panier. En fait d'oiseau, c'est Pierre qui sort du panier, pour dire qu'il se doutait bien que le curé venait voir sa femme, et que maintenant il en était sûr

Note des auteurs

Cette chanson, lue telle qu'elle se trouve dans notre recueil, est difficile à comprendre
Cela provient de ce que les couplets ne sont qu'une intercalation chantée dans un monologue grivois que Pierre Jourdan nous débitait avec une verve comique

Chantée par Pierre Jouan, de Locquénolé


Source

Kanaouennou Breiz-Vihan (Mélodies d'Armorique), par H. Laterre (Bodlan) et F.Gourvil (Barr-Ilio), publié en 1911