Er bloavezh-mañ eo ker an ed
O trei tron la la dira lon la
Er bloavezh-mañ eo ker an ed
Ha marc'had mat ar merc'hed

Evit daou lur emañ ar c'hant (bis)
Da choaz d'ar baotred yaouank

Ur paotr yaouank e oa er bed
Ne voa pevar lur prenet

Evit mont gante war ar maez
N nevoa graet peder vestrez

Na div anezho a oa koant
Div all a oa honestamant

An div goant en deveus choazet
An div all en deus losket

An div all lavare din-me
- Va c'hasit ganeoc'h ivez

- Hola, hola 'ta, emezañ
A-walac'h am eus bremañ

Devezhioù all pa deuin en-dro
Marteze me o kemero

- Devezhioù all pa deuoc'h en-dro
Marteze me vo marv

Me vo marv ha douaret
Lakaet va c'horf er vered

Ma laro ar baotred yaouank
"Amañ emañ div plac'h koant

Zo marv gant ar c'hoant gwaz
Meur a hini a rei c'hoazh"

Me 'm eus ur wezenn penn va zi
C'hwec'h aval ruz zo enni

Ha ma ouijen piv va c'har
En nefe va c'hwec'h aval

Met pa n'ouzon ket piv va c'har
Me zalc'ho va c'hwec'h aval

E ti va mestrez ez oun bet
Soubenn al laezh am eus bet

Soubenn al laezh, viou warnezhi
Hag amann rouzet d'hi c'holeiñ

Met ken kalet on bet a benn
Ne 'm eus ket kredet hi goulenn.



Le sujet

Cette année le blé est cher, mais les filles sont bon marché ; pour deux francs les jeunes garçons peuvent faire leur choix parmi cent

Un jeune garçon avait mis quatre francs et s'était fait quatre petites amies ; deux jolies et deux qui l'étaient moins. Il a choisi les deux jolies pour les amener, mais les deux autres voulaient venir aussi

- Un autre jour quand je reviendrai, je vous prendrai peut-être
- Un autre jour, je serai peut-être morte et enterrée. Les jeunes garçons diront, voilà deux jolies filles qui sont mortes d'envie de se marier
J'ai un arbre au bout de ma maison qui porte six pommes rouges ; si je savais qui m'aime, il aurait mes six pommes
Je suis allé à la maison de ma bien-aimée et j'ai eu de la soupe au lait, mais j'ai eu la tête si dure que je n'ai pas osé la demander en mariage

Notes d'Alfred Bourgeois

Cette chanson m'a été chantée le 11 juillet 1894, par Louis Moullec, boulanger à Roscoff, qui est un chanteur émérite. Il n'a point d'émule dans les environs, mais il faut dire qu'il n'est pas de Roscoff, mais de Guerlesquin, c'est-à-dire du Pays de Tréguier.
On remarquera que le premier vers est de 8 syllabes et le second de 7 (sauf exceptions), ce qui est moins sec dans le chant.
Cet air peut être appliqué à des vers de 4 strophes de 8 syllabes


Source

"Kanaouennoù Pobl", chansons recueillies par Alfred Bourgeois dans la deuxième moitié du XIXème siècle ; le recueil a été publié en 1959 à Paris