Me gave din gwech dimezet
E vijen bet eürus meurbet
E vijen bet eürus meurbet

Mez padal siwazh d'am c'halon
Gwasoc'h evit ur vatezh on

Ur vatezh, hiziv gourdrouzet,
Ma kar de'i, warc'hoazh na vo ket

Hi a zastumo he dilhad
Hag o lako en ur pakad

Hi laro d'he mestr, d'he mestrez
"Keno ha trugarez ivez !

Ho ti me zo 'vont da guitaat
O ya vat sur, a galon vat"

Petra servij din skournijell
Krennet ac'h ê ma divaskell

Me ho ped, tadoù ha mammoù
Pa zimefoc'h bugaligoù

Da leuskel 'ne, 'n anv Doue,
Da heuilh bepred o bolontez

Ar gwashañ tra zo war ar bed
Ar gwashañ tra a ve gwelet

Eo daou zen yaouank dimezet
Ha pere na 'n em garont ket



Le sujet

Une jeune mariée se lamente : "je pensais qu'une fois mariée, je serais très heureuse ; en fait, je le suis moins qu'une servante. Elles, quand elles ne sont pas heureuses avec leurs maîtres, elles peuvent toujours partir et en chercher un autre !
Je vous en prie, pères et mères, quand vous mariez vos enfants, ne le faites pas contre leur volonté. La pire chose qui soit au monde, ce sont deux jeunes gens mariés, et qui ne s'aiment pas"

Chanté par Yves Tanguy, menuisier à Carhaix


Source

Kanaouennou Breiz-Vihan (Mélodies d'Armorique), par H. Laterre (Bodlan) et F.Gourvil (Barr-Ilio), publié en 1911