Na seitek deiz ha triwec'h miz,
Gwel rudala lari déno
} (bis)
Oa bet an aotrou en Paris
Gwel larida, luridoñ, trañlourde
Tra lala lala leno
Gwel rudala lurideno
} (bis)


Pa oa erru 'n aotrou ba'r gêr,
Oa chañchamant 'barzh ar maner.

Nag 'r c'hentañ tra 'n-oa goulennet
« Nag an itron, emen 'ma aet ? »

Emañ 'barzh ar gambr uhellañ,
'Tommañ he mab an terruplañ.

Ur paotr bihan glas e lagad,
Ne vez ket goaret piv eo e dad

Ne vez ket goaret piv e vez,
'Met hag ur miliner 'vefe

Les 'tañ hardi 'ta, miliner,
Me zo ' vont d'hen glask da gomper

"Boñjour deoc'h-hu 'ta, miliner,
Me zo deut d'ho klask da gomper

- Na da gomper me ne n'in ket,
Kar ma milin zo oc'h ober bleud

Kar ma milin zo war he zu,
'Valo segal ha gwinizh-du

Na ma hini all zo war he bord
Ma ta da gouehel, e vo torr't

- Laret 'm-oa deoc'h, miliner laer,
'Vijec'h ket bet tad ha komper"


Le sujet

Le gentilhomme est parti dix-huit mois et dix-sept jours à Paris. De retour chez lui, il demande où est sa femme ; "elle est dans la chambre, en train de réchauffer le petit dernier"

Qui est le père ? On dit que c'est le meunier... Le gentilhomme va le trouver, et lui demande d'être le parrain.

Le meunier se défile, prétextant qu'il doit s'occuper de son moulin. Le gentilhomme conclut qu'on ne peut pas être à la fois le père et le parrain

Les mêmes paroles, à très peu près, que celles de Garnizon Lannuon, et thème proche de celui de Son ar miliner

 


Source

"Fiselezed Groñvel", chansons de Kan ha diskan recueillies par Fañch Danno auprès de deux dames de Grommel, Catherine Baquer et Yvonne Goff

Publié en 1996 par Ar skol vrezhoneg, 40 rue de la République, 29200 Brest et encore disponible