Seitek devezh ha triwec'h miz
E garnizon Lannuon
Oa aet an Aotrou da b/Paris
E garnizon, zigidondon
E garnizon Lannuon


A-benn pa zistroio d'ar gêr
'Vo chañchamant 'barzh ar maner

"Chañchamant zo er maner-mañ
Ha ma Intron, pelec'h emañ ?

- 'Mañ 'us e kambr an uhellañ
'Tommañ he mab an terriplañ

Ur paotr bihan glas e lagad
Ne oar ket piv ez eo e dad

E dad ne oar ket piv ez eo
M'hen dar' ar miliner e ve"

"Diboñjour dit 'ta miliner
Me zo deut da glask da gomper

- O ! da gomper me na yin ket
Kar ma milin zo war he boued

Kar ma milin zo war he bord
Hag aon am eus e vefe tort

- O ! artizaned zo er vro
Ma vefe tort-int a renko

Ma ouie mat 'ta miliner
Ne ve'z ket bet tad ha komper"


Le sujet

Le gentilhomme est parti dix-huit mois et dix-sept jours à Paris. De retour chez lui, il demande où est sa femme ; "elle est dans la chambre, en train de réchauffer le petit dernier"

Qui est le père ? On dit que c'est le meunier... Le gentilhomme va le trouver, et lui demande d'être le parrain.

Le meunier se défile, prétextant qu'il doit s'occuper de son moulin. Le gentilhomme conclut qu'on ne peut pas être à la fois le père et le parrain

Les mêmes paroles, à très peu près, que celles de Na seitek deiz ha triwec'h miz et thème proche de celui de Son ar miliner

 


Source

Texte repris dans le livret du CD "Gwrizioù"