En dud yawank a pe zimant
Ne ouyant ket petrè e rant
Adieu kameradezek, adieu eüit james !

En dud yawang e jonch ket è
E kwec'h en or a vég er gué
Adieu...

E kwec'h en or a vég er gué
E vè en dél melen eüé

En dél melen e za d'en ias
Kalon mèrc'h yawang e hunad

Me jonjè dein pe üezèn dimet
Üzè ke're t'ein bou' labouret

Meid breman e ouyan rèc'h mat
I ma re' t'ein-mé labourat

I ma re' t'ein-me labourat
A resow meurek a dol trat

A resow meurek a dol trad
A red néo diü tèr guèlchad

Ma red néo diü tèr guèlchad
Ha huichellad ge 'bék me zrat

I ma re' t'ein gober doc'hpen
Monet ged er lianow d'er lénn

Monet ged er lianow d'er lénn
Ag o hannein ar o distén






Le sujet

Les jeunes gens, quand ils se marient, ils ne savent pas ce qu'ils font...

Quand je me suis mariée, je pensais que je n'aurais plus à travailler ; en fait, je dois travailler dur, et à coups de pieds, encore !

Faute de tout comprendre et de pouvoir rétablir l'orthographe d'aujourd'hui, j'ai repris le texte tel quel. Voici les explications qui figurent dans le livre :

Le son le plus particulier de ce dialecte ainsi que du vannetais en général, c'est celui de l'u consonne ou u spirant. Il y a en vannetais un u consonne, de même qu'en face de ou (français) il y a un ou consonne équivalent au w (anglais). Nous le représentons par ü (Note de M. Joseph Loth)

Source

Extrait de "Trente mélodies populaires de Basse-Bretagne", recueillies par Bourgault- Ducoudray en 1881, publié en 1885 aux éditions Henry Lemoine