An aotrou Ronan benniget
Enez Iverni oa ganet,
Bro-Saoz, en tu all d'ar mor glas,
Demeus a benntieien vras.

Ur wech ma oa en e bedenn,
En doa gwelet ur sklerijenn
Hag un ael kaer gwisket e gwenn
A gomzas outañ evel-hen:

- Ronan, Ronan, kerzh alese ;
Gourc'hemennet eo gant Doue,
Evit saveteiñ da ene,
Mont da chom e douar Kernev.-

Ronan ouzh an ael a sentas,
Ha da chom e Breizh e teuas,
Kent e traoñ Leon, ha goude,
E Koat Nevet, e bro Kernev.

Daou pe dri bloaz oa pe ouzhpenn,
M'oa eno ober pinijenn,
Pa oa ur pardaez toull e zor,
War e zaoulin, dirak ar mor

Ken a lammas ur bleiz er c'hoad,
A-dreuz en e veg un dañvad;
Ha war e lerc'h un den, timat,
Hag a ouele, gant kalonad

Ha Ronan gant truez outañ,
A bedas Doue evitañ
- Aotrou Doue, ha me ho ped ;
Grit na vo an dañvad taget !-

Ne oa ket e bedenn lâret,
Pa oa an dañvad digaset,
Heb droug ebet, war dreuz an nor,
Dirak Ronan hag an oac'h paour

Ac'hano da zont an den kaezh,
Deue d'e welet alies
Gant plijadur bras e teue
Evit klevet komzoù Doue.

Hogen ur c'hreg a oa gantañ,
Hag hi gwallbezh, anvet Keban,
Hag hi a zeuas d'argarzhiñ
Ronan en abeg d'he hini.

Un deiz a oa bet d'e gaouet
Ha trouz de'añ he devoa graet :
- Chalmet hoc'h eus tud ma zi-me,
Ma gwaz koulz ha ma bugale.

Ne reont met ho tarempred holl,
Ha ma danvez a ya da goll.
Ma na sentet ouzhin muioc'h,
Kaer po chilpat, me rey ganeoc'h !-

En he fenn e lakaas neuze,
Da c'hwanañ den santel Doue.
Hag hi mont da gaout ar Roue,
Gradlon, en tu-all d'ar menez :

- Aotrou Roue, ha me ho ped ;
Ma flac'hig-me zo bet taget
Ronan Koad Neved deus her graet
O vont da vleiz 'm eus hen gwelet.-

Evel ma oa bet tamallet
Ronan da Gemper oa kaset,
Ha taolet e-barzh ur c'hav don
A-berzh aotrou roue Gradlon.

'Maez ac'hane, pa oa tennet,
Dioc'h ur wezenn e oe staget,
Ha daou gi gouez ha diboellet
Warnezhañ timat oa losket.

Hag eñ heb man na kaout aon,
A reas ur groaz war e galon;
Ken a dec'has ar chas raktal
Evel dioc'h an tan, oc'h harzal.

Gradlon pa welaz kement-se,
A lavaras d'an den Doue:
- Na petra vat a rin-me deoc'h
P'emañ Doue en tu ganeoc'h?

- Netra vat me na c'houlennan,
Nemet truez d'ar c'hreg Keban;
He bugelig n'eo ket marv,
Ganti en arc'h oe klozet bev.-

An arc'h a oa bet digaset,
Ar bugel enni oe kavet,
Hag eñ war e gostez marv
Ha sant Ronan e lakaas bev.

An aotrou Gradlon hag e dud,
Souezhet-bras gant ar burzhud,
'N em strinkas dirak sant Ronan,
O c'houlenn trugarez outañ.

Hag en er maez, d'ar c'hoad en-dro,
Da chom di beteg e varv
Eno oc'h ober pinijenn
Ur maen kalet dindan e benn;

Gantañ krogen un ounner vrizh,
Ur skoultrig gweet da c'houriz,
Ha da evañ dour ar poull du
Ha bara poazhet el ludu.

Pa zeuas e dremen dive'añ,
A eas kuit deus ar bed-mañ,
Daou ejen gouez kann dioc'h ar c'harr
Tri eskob d'e gas d'an douar.

Hag i degouezhet gant ar stêr,
Ha kaout Keban diskabell-kaer,
Oc'h ober lizoù d'ar gwener,
Daoust da wad Jezuz, hor Salver ;

Hag hi sevel he golvazh prenn,
Ha darc'hañ gant korn un ejen
Ken a zilammas gwall-spontet,
E gorn gant an taol diframmet.

- Kae, mab-gagn, kae d'az toull en-dro
Kae da vreinañ gant chas marv !
Ne vi ket kavet bremañ mui
Oc'h ober goab ac'hanomp-ni.-

N'oa ket he genou peurserret,
Pa oa gant an douar lonket
E-touez moged ha flammoù-tan,
E lec'h ma c'helver Bez-Keban.

Mont a eure atav ar c'harr,
O kas sant Ronan d'an douar ;
Pa chomas sonn an daou ejen
Hep kerzhet mui na raok na dreñv.

Eno e oe lakaet ar sant,
Evel ma kreder oa e c'hoant ;
E penn-an-nec'h eus ar c'hoad glas,
Eeun-hag-eeunn dirak ar mor bras



Le sujet

Le bienheureux seigneur Ronan reçut le jour dans l'île d'Irlande, au pays des Saxons, au-delà de la mer bleue, de chefs de famille puissants.
Un jour qu'il était en prière, il vit une clarté et un bel ange qui lui parla ainsi :
Quitte ce lieu : Dieu t'ordonne, pour sauver ton âme , d'aller habiter dans la terre de Cornouaille. -
Ronan obéit à l'ange, et vint demeurer en Bretagne, non loin du rivage; d'abord dans une vallée de Leon, puis dans la Forêt Sacrée du pays de Cornouaille.
Il y avait deux ou trois ans ou davantage qu'il faisait en ces lieux pénitence, lorsque, étant un soir sur le seuil de sa porte, à deux genoux devant la mer,
Un loup bondit dans la forêt, avec un mouton en travers dans mla gueule, et à sa poursuite un homme haletant et pleurant de douleur.
Ronan eut pitié de cet homme, et pria Dieu pour lui :
Seigneur Dieu, faites que le mouton ne soit pas étranglé !-
Sa prière n'était pas finie, que le mouton avait été déposé, sans aucun mal, sur le seuil de la porte, aux pieds de Ronan et du pauvre propriétaire.
Depuis ce jour, le cher homme venait souvent le voir : il venait avec grand plaisir l'entendre parler de Dieu.
Mais il avait une épouse, une méchante femme, nommée Kéban, qui prit en haine Ronan, au sujet de son mari.
Un jour elle vint le trouver, et l'accabla d'injures :
- Vous avez ensorcelé les gens de ma maison, mon mari aussi bien que mes enfants :
Ils ne font tous que vous rendre visite, et mon ménage en souffre. Si vous ne faites pas plus attention à mes paroles vous aurez beau japer, je vous châtierai ! -
Alors elle forma le projet d'opprimer le saint homme de Dieu, et elle alla trouver le roi Gradlon, de l'autre côté de la montagne :
- Seigneur roi, je viens vous demander justice : ma petite fille a été étranglée ; c'est Ronan qui en a fait le coup, dans la Forêt Sacrée je l'ai vu se changer en loup.
Sur cette accusation, Ronan fut conduit à la ville de Quimper, et jeté dans un cachot profond, par ordre du seigneur roi Gradlon.
On le tira de là, on l'attacha à un arbre, et on lâcha sur lui deux chiens sauvages affamés.
Sans s'émouvoir et sans avoir peur, il fit un signe de croix sur son coeur, et les chiens reculèrent tout d'un coup, en hurlant lamentablement, comme s'ils eussent mis le pied dans le feu.
Quand Gradlon vit cela, il dit à l'homme de Dieu: - Que voulez-vous que je vous donne, puisque Dieu est avec vous ?
- Je ne vous demande rien que la grâce de la femme Kéban ; son petit enfant n'était pas mort, elle l'avait enfermé tout vivant dans un coffre. -
On apporta le coffre, et on y trouva l'enfant : il était couché sur le côté, et était mort : saint Ronan le ressuscita.
Le seigneur Gradlon et ses gens, stupéfaits de ce miracle, se jetèrent aux genoux de saint Ronan pour lui demander pardon.

Et il revint à la forêt, et y resta jusqu'à sa mort, faisant pénitence, une pierre dure pour oreiller ;
Pour vêtement, la peau d'une génisse tachetée, une branche tordue pour ceinture ; pour boisson, l'eau noire de la mare ; pour nourriture, du pain cuit sous la cendre.
Lorsque sa dernière heure fut venue, et qu'il eut quitté ce monde, deux buffles blancs sauvages furent attelés à une charrette, et trois évêques menèrent le deuil ;
Arrivés sur le bord d'un lavoir, ils trouvèrent Kéban, décoiffée, qui faisait la buée le vendredi, sans égard pour le sang de Jésus, notre Sauveur.
Et elle de lever son battoir, et d'en frapper un des buffles à la corne, si bien que le buffle bondit épouvanté, et eut la corne arrachée du coup.
- Retourne, charogne, retourne à ton trou ! va pourrir avec les chiens morts ! on ne te verra plus, à cette heure, te moquer de nous. -
Elle avait encore la bouche ouverte, que la terre l'engloutit parmi des flammes et de la fumée, au lieu qu'on nomme la tombe de Kéban.
Le convoi poursuivait sa marche, lorsque les deux buffles s'arrêtèrent tout court, sans vouloir avancer ni reculer.
C'est là qu'on enterra le saint - c'était sans doute sa volonté - là, dans le bois vert, au sommet de la montagne, face à face avec la grande mer.


Source

Extrait du "Barzhaz Breizh", le premier grand recueil de chansons bretonnes, publié en 1839 par Hersart de la Villemarqué