An diwezhañ youc'hadenn
'N em goll war ar menez
Adieu 'ta kanaouenn
Eus bro gaer a Gernev

Adieu eta kaer iliz
A Gemper Korantin
Adieu ma yaouankiz
N'am eus mui da c'hoarzhin

Nag ivez e Sant-Kadou
Nag e-barzh Karaez
Na zañsfomp d'ar binioù
Barzh al leurioù nevez

Eus Santez-Anna-Wened
Na zeufomp mui en-dro
Gant kroazioù drezennet
En aour kaer ha gouloù (et les cierges)

Na zeufomp mui ac'hane
Disputiñ d'holl Breizhiz (disputer à tous les Bretons)
Gant kroazioù Sant-Serve (les croix de St Servais)
Kernevoded hardiz

Kenavo da Rumengol
Kenavo da Vulad
Kenavo da Gastell-Paol
Kenavo d'ar Veaj-vat (au Bon-Voyage)

Kenavoda Sant-Tujan (St Ygeaux)
D'an Aotrou Sant Urlou
D'Itron Varia Sklaerder
Ha d'an holl bardonioù

C'hwi ma mignoned devot
Eus a barrez Ergue
Ti 'n Itron Varia Kerzeot (Notre Dame de Kerdevot)
C'hwi yelo adarre

Alumit div c'houlaouenn
Tal an aoter eno
Ha lavarit ur bedenn
Evit paotred ho pro

Ret eo eta partial
Ha monet d'an Alger
Inutil eo deomp soñjal
Da zont en-dro d'ar gêr

Rak hervez profesioù
Benn ar bloaz daou-ugent (en l'année quarante)
Gant brezel ha kleñvejoù
Ar bed cheñcho a benn (changera de bout)

Un dra teu d'am c'hoñsoliñ
Rak ni hon eus klevet
E-lec'h yamp da gombatiñ
N'eus nemet Morianed

O lazhañ n'eo ket pec'hed
Rak n'int ket kristenien
Nompas evel Saozoned
Hor gwall enebourien



Le sujet

Les adieux d'un jeune Breton qui doit partir soldat pour l'Algérie. Il salue ses proches et les lieux où il a grandi et joué

Les deux derniers couplets sont étonnants :

Une chose vient me consoler
C'est que nous avons entendu dire
Que là où nous allons combattre
Il n'y a que des Noirs

Les tuer n'est pas péché
Car ils ne sont pas chrétiens
Ce n'est pas comme les Anglais
Nos pires ennemis

Notes des auteurs :
Cette chanson, que nous a chantée Pauline Le Moël qui la tenait de sa mère, a été publiée dans la revue Ar Vro du mois d'avril 1908
Il est possible que la mère de Pauline Le Moël l'ait apprise lors de ses fréquents voyages à Quimper ou aux environs
D'après les commentaires donnés par l'abbé Guillerm qui, lui aussi, l'a recueillie à Ergué-Vihan, cette chanson daterait de 1840

Chanté par Pauline Le Moël, de Carhaix


Source

Kanaouennou Breiz-Vihan (Mélodies d'Armorique), par H. Laterre (Bodlan) et F.Gourvil (Barr-Ilio), publié en 1911