Mari Mason a Bempoul Goëlo
He deus kollet hi alc'houezioù
He deus kollet hi alc'houezioù
He deus kollet hi alc'houezioù
Etre ar Pont min hag ar Pontoù
Etre ar Pont min hag ar Pontoù

Etre ar Pont min hag ar Pontoù
O tonet deus a gousperoù
An Aotrou Baron 'n eus hi c'havet
Hag en deus laret n'hi rentje ket

Hag en deus laret n'hi rentje ket
Ken he devo prestet he gwerc'hded
Mari Mason vel m'he deus klevet
Da di ar Baron hi a zo aet

Aotrou 'r Baron mar am c'haret
Na ma alc'houezioù di e rafet
'N Aotrou 'r Baron de'i en deus laret
Nag hoc'h alc'houezioù deoc'h ne rin ket

'Rak ho alc'houezioù deoc'h ne rin ket
Ken a vo prestet dign ho kwerc'hded
Na ma gwerc'hded deoc'h me ne rin ket
Rag aon am eus n'am eurjfet ket

Hag hen touet de'i war e zaonasion
Penaos e eurjfe Mari Masson
Hag hen touet de'i ha war e feiz
E eurjfe ane'i war benn tri deiz

Hag eñ tapout krog en he dorn gwenn
Hag he c'has gantañ d'ur park balan
Daret ta Mari hanter kant skoet
Da vagañ 'r bugel p'ho po hañ bet

"Ma zadig paour, mar am c'haret
Ho tor d'ho merc'h e tigorfet
- Na kerzh kuit ha pell deus ma zi
Pe me laosko warnout ma c'hi"



Le sujet

Marie Masson a perdu ses clés ; le seigneur baron les a trouvées, et il dit qu'il ne les rendra que contre la virginité de la fille
Elle le suit jusqu'au château, et refuse ses avances, de peur qu'il ne l'épouse pas. Il jure que, dans les trois jours, ils seront mariés. Marie cède, mais après un tour dans le champ de genêts, il demande qu'on lui donne cinquante écus pour élever l'enfant
Marie retourne chez son père, et lui demande d'ouvrir la porte ; "Va t'en loin de chez moi, ou je lâche les chiens sur toi !"

Notes du colonel Bourgeois
La version que nous avons recueillie de ce gwerz s'arrête là. M. Luzel en donne une autre dans le 2ème volume de ses Gwerziou Breiz Izel. Elle se termine par un dénouement tragique. Marie Masson, repoussée de la maison paternelle, retourne au champ de genêts et, de désespoir, elle pend son enfant à un buisson d'aubépine avec le lacet qui noue ses cheveux
Nous ferons remarquer que la version de M. Luzel comporte des strophes de 4 vers au lieu de 2 de la nôtre, dont le second est bissé, et que l'air à y adapter doit être différent de celui que nous donnons au no 28. Ce dernier est suivi d'une variante qui alterne avec le terme primitif


Source

"Kanaouennoù Pobl", chansons recueillies par Alfred Bourgeois dans la deuxième moitié du XIXème siècle ; le recueil a été publié en 1959 à Paris