I

Floc'hig ar roue a zo paket,
Abalamour d'un taol 'neus graet,
Rekedak ta la, Lari lari larila

Abalamour d'un taol hardizh,
Emañ er vac'h griz e Pariz.

Eno na wel na noz na deiz
Un dornad plouz evit gwele ;

Ha bara segal evit boued,
Ha dour puñs evit e sec'hed.

Eno na zen deu d'e welet,
Med al logod hag ar ra'ed,

Al logod hag ar ra'ed du,
Deus ar re-se en deus didu.

II

Eñ lâre, dre doull an alc'houez,
Da Benfeunteunioù, er c'houlz-se:

- Yannig, te va brasañ mignon,
Selaou un tammig ac'hanon :

Kae d'ar maner bete ma c'hoar,
Ha lavar de'i em on war var,

War wir var da goll ma buhez,
Dre gemenn an aotrou ar roue :

Ma zeufe ma c'hoar bet' ennon
Konfort a refe d'am c'halon.-

Penfeunteunioù dal 'm' e glevas,
Etrezek Kemper e redas

Kant lev ha tregont zo, war dro,
Etre Pariz ha Bodinio

C'hoazh neus o graet, ar paotr Kernev,
E div noz hanter hag un deiz.

Pa eas tre er sal Bodinio,
Oa gouloù enni tro-war-dro ;

An itron a oa o koanio
Gant tudjentil vras eus ar vro.

Hag en he dorn un hanaf mar
Leun a win-ruz a wellañ barr.

- Floc'hig koant demeus a Gernev,
Peseurt keloù zo ganout-te,

Pa 'm out ker glas hag an askol,
Ken diflak hag un yourc'h war goll ?

- Ar c'heloù zo ganin, itron,
Lakay strafuilh en ho kalon,

Ho lakay da huanadañ
Hag ho taoulagad da ouelañ

Ho preurig paour a zo war var,
Mar zo bet biskoazh war zouar ,

War wir var da goll e vuhez,
Dre gemenn an Aotrou ar roue.

Ma yefec'h bet' ennañ, itron,
C'hui refe konfort d'e galon.-

Kement e oe bet strafuilhet
An itron gaezh, oc'h e glevet,

Kement e oe bet strafuilhet,
Ken e loskas an hanafed

Hag e stre'as gwin war an daol.
'Trou-Doue ! houmañ arouez fall !

- Buan ! paotred ar marchosi !
Buan ! daouzek marc'h ha deomp de'i !

Pa grefen unan e peb poz,
Me yelo da Bariz fenoz ;

Pa grefen unan e peb eur,
Fenoz ez in bete va breur.-

III

Floc'hig ar roue a lâre,
War ar c'hentañ daez pa bigne

- Ne ran forzh da begoulz mervel,
Pan'd divroet, pan'd diskoazell

Pan'd divroet, pan'd diskoazell,
Pan'd ur c'hoar 'm eus e Breizh-Izel.

Hi vo bep noz o c'hervel breur,
O c'hervel breurig e peb eur.-

Floc'hig ar roue a lâre,
War an eilved daez pa bigne :

- Me garfe, kent hag ar marv,
Klevet keloù demeus va bro

Klevet keloù demeus va c'hoar,
Va c'hoarig kaezh ; daoust hag hi oar ?

Floc'hig ar roue a lavare,
War leinig ar groug pa bigne

- Me glev ar ruioù o krenañ,
Gant heul va c'hoar o tont amañ !

Va c'hoar zo erru d'am welet,
En anv Doue ! gorto'et !-

Ar penn-arser, 'neus respontet
D'ar floc'hig, pa'n deus hen klevet :

- Kent ha ma vezo erruet,
C'hwi a vezo bet dibennet.-

Itron Bodinio a-neuze
Gant re Bariz a c'houlenne

- Petra foul zo 'touez ar wazed ;
Kement me zo 'touez ar merc'hed ?

- Loeiz Trizek, Loeiz an traitour
A laka dibenn ur floc'h paour.-

Oa ket ar ger peurlavaret
Evel m'he deus he breur gwelet ;

Gwelet he breur kaezh daoulinet,
E benn war ar c'hef-lazh soublet

Hag hi ha douch, en ur hopañ:
Va breur! va breur ! losket-han 'ta!

Losket-han ganin, arserien,
Me rey deoc'h kant skoed aour melen ;

Me rey deoc'h, evel un diner,
Daou c'hant mark argant Landreger.-

Gant ar groug dal' ma tigoue'as,
Penn he breur troc'het a goue'as,

Ken a strinkas gwad war he benn
Hag eñ ruias a-benn-da-benn.

IV

- Yec'hed deoc'h, roue ha rouanez,
Pa m'oc'h ho taou en ho palez.

Peseurt torfed en deus hen graet,
P'emañ bet ganeoc'h dibennet ?

- C'hoari kleze hep grad ar roue ;
Lazhañ kaerañ floc'h en devoe.

- Ar c'hleze na ziwenner ket
'Michañs, hep kaout abeg ebet.

- Abeg en deus bet, a dra sklaer,
Evel m'en deveus al lazher.

- Lazherien, aotrou, n'em omp ket,
Na denjentil Breizh kenneubet

Na denjentil gwirion ebet
Ar C'hallaoued, ne lâran ket;

Rak me oar a-walc'h, mab ar bleiz,
Gwell ganeoc'h kaout gwad eget reiñ.

- Sarret ho peg, va itron ger,
Mar 'peus c'hoant da zistroiñ d'ar gêr.

- Ne ran forzh chom pe mont en-dro,
O vezañ ma breur kaezh marv,

Be'añ droug gant roue a garo,
E abeg fell din, m'hen gouio !

- Mar gout e abeg a fell deoc'h
Selaouet ha me lâro deoc'h

Mont a reas da vuanekaat,
Ha klask trouz d'am floc'h en deus graet,

Ha kleze oc'h kleze timat,
O klevet al lavar anat,

Al lavar kozh, ar wirionez
«N'eus tud e Breizh, nemet moc'h-gouez »

- Mard eo hounnezh ur wirionez,
Ur wirionez-all ouzon-me

«Evitañ da vout roue bro C'hall,
Ned eo Loeiz med ur goaper fall. »

Hogen prestig e weli-te,
Ma wel pe wazh e wapez-te

Pa 'm bo disko'et, 'benn ur gaouad,
D'am broiz va lenn leun a wad,

A-benn neuze e ouezi reizh
Ma bez, e gwir, moc'h-gouez, e Breizh

V

Un div pe deir zun goude-se,
Ur c'hannadour a zegouezhe,

'Zegouezhe deus bro Normaned,
Gantañ lizherioù siellet,

Lizerioù siellet e ruz
Da reiñ d'ar roue fri-bras doc'htu ;

Ar roue pa en deus o lennet
Sellet ken du en deveus graet,

Sellet ken du evel ur c'hazh
'Vel ur c'hazh-gouez ti'het el las.

- Mallozh ruz ! m'am bije gouiet,
Ar Wiz na vize ket kuitet!

Ouzhpenn dek mil skoed a gollan,
Ha dek mil den war benn unan !-



Le sujet

I

Le petit page du roi a été arrêté, à cause d'un coup qu'il a fait,
A cause d'un coup plein de hardiesse, il est à Paris dans une dure prison.
Là il ne voit ni jour ni nuit : il a pour lit une poignée de paille ;
Pour nourriture du pain de seigle, et de l'eau de puits pour boisson.
Là, personne ne vient lui rendre visite, excepté les souris et les rats,
Les souris et les rats noirs ; voilà sa seule distraction.

II

Or, un jour, par le trou de la serrure, il disait à Penfentenyo :
- Yannik, toi mon meilleur ami, écoute-moi un peu
Rends-toi au manoir, chez ma soeur, et dis-lui que je suis en danger,
En grand danger de perdre la vie par les ordres du seigneur roi
Si ma soeur venait me voir, elle consolerait mon coeur. -
Penfentenyo, l'ayant entendu, partit aussitôt pour Quimper.
Il y a cent trente lieues à peu près, de Paris à Bodigneau
Cependant, il les fit, l'enfant de Cornouaille, en deux nuits et demie et un jour.
Quand il entra dans la salle de Bodigneau, elle raisonnait de l'éclat des lumières ;
La dame donnait à souper à la haute noblesse du pays;
Elle tenait en main une coupe de madre pleine de vin rouge d'excellente grappe
- Gentil page de Cornouaille, quelles nouvelles apportes-tu,
Quand tu es aussi pâle que la feuille du chardon, et aussi essoufflé qu'un chevreuil aux abois ?
- Les nouvelles que j'apporte, madame, vont jeter le trouble dans votre coeur ;
Elles vont vous faire soupirer et faire pleurer vos yeux :
Votre pauvre petit frère est en danger, s'il en fut jamais en ce monde;
En grand danger de perdre la vie par les ordres du seigneur roi.
Si vous veniez le voir, madame, vous consoleriez son coeur. -
En entendant prononcer ces paroles, la pauvre dame fut si troublée,
Elle fut si troublée, qu'elle laissa échapper sa coupe,
Et en répandit le vin sur la nappe. (Seigneur Dieu, quel fatal présage!)
Alerte ! palefreniers ! alerte ! douze chevaux ! et partons vite !
Quand j'en devrais crever un à chaque relais, je serai cette nuit à Paris !
Quand j'en devrais crever un à chaque heure, je serai cette nuit près de mon frère.-

III

Le petit page du roi disait, en montant le premier degre de l' échafaud
- Peu m'importerait de mourir, n'était loin du pays, n'était sans assistance !
N'était loin du pays, n'était sans assistance, n'était une soeur que j'ai en Basse-Bretagne !
Elle demandera chaque nuit son frère, elle demandera son petit frère à chaque heure. -
Le petit page du roi disait, en montant le second degré de l'échafaud :
- Je voudrais, avant de mourir, avoir des nouvelles de mon pays,
Avoir des nouvelles de ma soeur, de ma chère petite soeur ! sait-elle ? -
Le petit page du roi disait, en montant sur la plateforme de l'échafaud:
- J'entends résonner le pavé des rues ; c'est ma soeur et sa suite qui viennent !
C'est ma sœur qui vient me voir ! au nom du ciel, attendez un peu!-
Le prévôt répondit au page, quand il l'entendit:
- Avant qu'elle soit arrivée, votre tête aura été coupée.
En ce moment-là même, la dame de Bodigneau demandait aux Parisiens :
- Pourquoi cette multitude d'hommes et de femmes réunis ?
- Louis Treize, Louis le traître fait décapiter un pauvre page
Ces mots étaient à peine prononcés, qu'elle aperçut son frère ;
Elle aperçut son frère agenouillé, la tête penchée sur le billot de mort.
Et de s'élancer au galop de son cheval, en criant - Mon frère ! mon frère, laissez-le donc !
Laissez-le moi, archers, je vous donnerai cent écus d'or;
Je vous donnerai, comme un denier, deux cents marcs d'agent de Tréguier !
Quand elle arriva près de l'échafaud, la tête coupée de son frère tombait,
Et le sang jaillit sur son voile qu'il rougit du haut jusqu'au bas.

IV

- Je vous salue, roi et reine, puisque vous voilà réunis dans votre palais
Quel crime a-t-il commis, que vous l'avez décapité ?
- Il a joué de l'épée sans l'agrément du roi; il a tué le plus beau de ses pages.
- On ne tire pas ainsi l'épée, je suppose, sans avoir de bonnes raisons.
- Il a eu ses raisons, c'est clair, comme l'assassin a les siennes.
- Des assassins ! nous ne le sommes pas, sire, pas plus qu'aucun gentilhomme de Bretagne ;
Pas plus qu'aucun gentilhomme loyal ; quant à ceux de France, je ne dis pas
Car je le sais bien, fils de loup ; vous aimez mieux tirer du sang que d'en donner.
- Tenez votre langue, ma chère dame, si vous avez envie de retourner chez vous.
- Je me soucie de rester ici tout comme de m'en retourner, quand mon malheureux frère est mort.
Mais dût le roi cruel y trouver à redire ; ses raisons, je veux les connditre et je les connaîtrai !
- Si ce sont ses raisons que vous voulez connaître, écoutez-moi, je vais vous répondre :
Il s'est emporté et a cherché querelle à mon page favori,
Et tout de suite, épée contre épée, pour avoir entendu le dicton bien connu,
Ce vieux dicton, cette vérité « Il n'est d'hommes en Bretagne que des pourceaux sauvages ».
- Si c'est là une vérité, j'en sais une autre, moi: « Tout roi de France qu'il est, Louis n'est qu'un méchant railleur. »
Mais tu verras prochainement si c'est à tort ou à raison que tu railles ;
Quand j'aurai fait voir à mes compatriotes mon voile ensanglanté,
Alors, tu verras si la Bretagne est véritablement peuplée de pourceaux sauvages. -

V

Or, deux ou trois semaines après, arriva un messager ;
Il arrivait du pays des Normands, apportant des lettres scellées,
Des lettres scellées d'un sceau rouge, à remettre au roi au long nez tout de suite.
Quand le roi les eut lues, il roula des yeux noirs,
Il roula des yeux aussi noirs que ceux d'un chat sauvage pris au piège.
Malédiction rouge! Si j'avais su, la Laie ne m'eût pas échappé !
Je perds plus de dix mille écus et de dix mille hommes à cause d'un seul. -


Source

Extrait du "Barzhaz Breizh", le premier grand recueil de chansons bretonnes, publié en 1839 par Hersart de la Villemarqué