I

Ur plac'hig eus a barrez Blan.
'Deus goulennet gwelet he mamm;

Gwelet he mamm ha komz outi,
Gant ar c'heuz bras he doa dezhi.

Monet 'ra da gaout ar person,
'Vit kontañ dezhañ he rezon:

- Ya, ma merc'h, komz ganti 'refet,
Mar graet 'vel ma vo deoc'h laret:

E-pad teir noz, a-c'houde koan,
Yefet d'an iliz ho-unan;

Kas ganeoc'h tri davanjer de'hi,
Da lakaat war 'r bez da bediñ. -

II

Pa wel alumiñ goulou-glas,
Barzh an tu-dehou d'an aoter-bras,

Ez ya barzh ar govezion,
Kelennet mat gant ar person,

Nag evit gwelet an anaon,
Oc'h ober tro 'r procession.

Asedet oant 'tre teir vandenn,
Re-du ha re-c'hris ha re-wenn.

Touez ar re-du ez oa he mamm,
Oh! Doue, pebezh da estlamm!

P'ho doa graet an dro en antier,
Ez ya da gaout he tavañjer;

Ez ya da gaout he tavañjer,
Hag hen laka 'tre nav chantier.

En noz war-lerc'h, p'oa debret koan,
'Z ya arre d'an iliz hec'h-unan ;

Kas an eil tavañjer ganti,
Da lakaat war 'r bez, da bediñ.

Pa wel alumiñ goulou-glas
Barzh an tu-dehou d'an aoter-vras,

Ez ya barzh ar govezion,
Kelennet-mat gant ar person,

Nag evit gwelet an anaon
Oc'h ober tro 'r procession.

Asedet oant 'tre teir vandenn,
Re-du ha re-c'hris ha re-wenn.

Touez ar re-c'hris ez oa he mamm.
Na oa ket ker-bras he estlamm.

Pa doa graet an dro en antier,
Ez ya da gaout he tavañjer;

Ez ya da gaout he tavañjer,
Hag hen laka 'tre c'hwec'h kartier.

Ur c'hoar dimezet doa 'r plac'h-se,
Hag a wilioudas en noz-se.

Da derc'hel ' r bugel eo klasket,
Ha prest he deus laret monet.

Pa 'z ya 'r bugel d' vezañ badeet
Eus ar beleg deus goulennet,

Deus ar beleg deus goulennet,
M' vije 'n anv d'he mamm lakaet:

- Ker lies gwech ha m'hen gwelin,
Dont a rai sonj eus ma mamm din.

Pa 'z eo ar bugel badezet,
Neuze kerkent eo bet marvet;

Neuze kerkent eo bet marvet,
D'hen veilh' hi a zo bet chomet.

Pa 'z eo ar bugel douaret,
Da gaout ar person hi 'zo aet;

Mont a ra da gaout ar person,.
'Vit kontañ dezhañ he rezon.

- Ya, ma merc'h, komz ganti refet,
Mar graet 'vel ma vo deoc'h laret. -

Ar plac'h, pa oa debret he c'hoan,
Ez ya d'ar vered hec'h-unan,

Kas 'n drivet tavañjer ganti,
D' lakaat war ar bez da bediñ.

Pa wel alumi goulou-glas,
Barzh an tu-dehou d'an aoter-vras,

Ez ya barzh ar govezion,
Kelennet-mat gant ar person,

Nag evit gwelet an anaon,
Oc'h ober tro 'r prosession,

Asedet etre teir vandenn,
Re-du ha re-c'hris ha re-wenn.

Touez ar re-wenn he mamm a oa,
Dimeus estlamm, deuet da joa!

Pa doa graet an dro en antier,
Ez ya da gaout he tavañjer;

Ez ya da gaout hi davañjer,
Hag hen laka 'tre tri c'hartier.

Da gaout he merc'h ar vamm zo aet,
Ha 'vel-hen dezhi deus laret:

Un taol-mat ez eo bet dit-te
Pa n' 'm eus da ziframmet ivez;

Pa n' 'm eus da ziframmet en bev,
'Vel ma renn d'an tavañjeroù!

Te greske ma foanioù bemdez,
Gant ar glac'har a raez din-me!

Ur bugel a t'eus bet dalc'het,
Em anv a t'eus-han lakaet;

Em anv a t'eus-han lakaet,
Hennezh hen eus ma sikouret.

Me ya bremañ d' welet Doue,
'Fe a deui ivez hepdale! -



Le sujet

I

Une jeune fille de la commune de Blan (1),
A demandé à revoir sa mère (après sa mort);

A revoir sa mère et à lui parler,
Tant elle la regrettait.

Elle va trouver le curé
Pour lui conter son cas:

- Oui, ma fille, vous lui parlerez,
Si vous faites comme on vous dira :

Pendant trois nuits, après votre souper,
Vous irez à l'église, seule,

Et vous emporterez trois tabliers à votre mère,
Pour mettre sur sa tombe, pour prier,

II

Quand elle voit allumer une lumière bleue..
Du côté droit du grand autel,

Elle entre dans un confessionnal,
D'après la recommandation du curé,

Pour de là voir les âmes
Faisant la procession.

Elles étaient partagées en trois groupes,
Des noires, des grises et des blanches.

Parmi les noires était sa mère;
Oh! Dieu, que sa frayeur fut grande !

Quand elles (les âmes) eurent fini leur procession,
Elle (sa mère) va à son tablier;

Elle va au tablier
Et le met en neuf morceaux.

La nuit suivante, après souper,
Elle se rend encore seule à l'église

Elle emporte un second tablier,
Pour mettre sur la tombe pour prier.

Quand elle voit allumer une lumière bleue,
Du côté droit du grand autel,

Elle entre dans un confessionnal,
D'après la recommandation du curé,

Pour de là voir les âmes
Faisant la procession.

Elles étaient partagées en trois groupes.
Des noires, des grises et des blanches.

Parmi les grises était sa mère;
Sa frayeur ne fut pas aussi grande.

Quand elles eurent fini leur procession,
Elle va à son tablier ;

Elle va à son tablier,
Et le met en six morceaux.

La jeune fille avait une soeur mariée
Qui eut un enfant cette nuit-là

Elle fut demandée pour nommer l'enfant
Et elle promit vite d'aller.

Au moment de baptiser l'enfant,
Elle a demandé au prêtre,

Elle a demandé au prêtre
De lui donner le nom de sa mère:

- Toutes les fois que je le verrai,
Il me rappellera ma mère. -

Lorsque l'enfant eut été baptisé,
Il mourut aussitôt;

Il mourut aussitôt,
Et elle passa la nuit à le veiller.

Quand l'enfant eut été enterré,
Elle alla trouver le curé;

Elle alla trouver le curé,
Pour lui conter son cas :

- Oui, ma fille, vous lui parlerez,
A la condition de faire comme on vous dira. -

Quand la jeune fille eut soupé,
Elle se rendit, seule, au cimetière,

Et emporta un troisième tablier,
Pour mettre sur la tombe, pour prier.

Quand elle voit allumer une lumière bleue,
Du côté droit du grand autel.

Elle se retire dans un confessionnal,
D'après la recommandation du curé,

Pour de là voir les âmes
Faire la procession,

Partagées en trois groupes,
Des noires, des grises et des blanches.

Parmi les blanches était sa mère,
Et sa frayeur fut changée en joie !

Quand elles eurent fini leur procession,
Elle va à son tablier;

Elle va à son tablier,
Et le met en trois morceaux.

La mère va alors trouver sa fille
Et lui parle de la sorte :

- Tu as eu du bonheur
Que je ne t'aie mise toi-même en morceaux!

Que je ne t'aie mise en pièces, toute vivante,
Comme je le faisais à mes tabliers !

Tu augmentais mes peines, chaque jour,
Par la douleur que tu me témoignais !

Tu as tenu un enfant (sur les fonts baptismaux),
Et tu lui as donné mon nom

Tu lui as donné mon nom,
Et c'est ce qui m'a sauvée!

Je vais maintenant voir Dieu,
Et toi, tu viendras aussi sans tarder

(1) Je ne connais pas de commune de ce nom en Bretagne. (Note de Luzel)

Même thème que Ar vinorezig a draoñ al lann

Source

Musique dans "Musiques bretonnes", de Maurice Duhamel

Paroles extraites des "Gwerziou Breiz-Izel", de François-Marie Luzel, publié en 1868
Luzel a recueilli les paroles de cette version auprès de Anna Salic, en 1864, à Plouaret ; elle avait 75 ans
Chanté à Duhamel par Maryvonne Bouillonnec, de Tréguier