1
Ur meliner yaouank deus a barrez Kentin
A savas mintin mat 'vit lemel e velin (bis)

2
Dre c'hras Santez Anna, ar maen a zo savet
Ar meliner yaouank n'en deus bet droug ebet

3
Pell zo em on klevet ma mestrez zo dime'et
Deus an noz pe an deiz me yelo d'he gwelet

4
"Diboñjour deoc'h ma zad, diboñjour deoc'h laran
Ha c'hwi akordfe din ar pezh a c'houlennan ?

5
- O ya, o ya, ma merc'h-me, ne zinac'han ket
Eureujiñ a zo ret d'an hii m'oc'h dime'et

6
- N'eus ket beleg ebet 'barzh ar departamant
Refe din eureujiñ gant 'n'hini 'm bo ket c'hoant"

7
Goude an amzer c'hlav teuio an amzer vrav
Goude ar boan spered teuio ar joaüsted


Le sujet

Un jeune meunier de la paroisse de Quintin
Se leva de bon matin pour enlever sa meule

Grâce à Sainte Anne, la pierre est levée
Le jeune meunier n'a eu aucun mal

Cela fait longtemps que j'ai entendu que ma bien aimée s'est mariée
La nuit ou le jour j'irai la voir

"Bonjour à vous mon père, bonjour à vous, je dis
M'accorderez-vous ce que je demande ?

- Oh oui, oh oui, ma fille, je ne reviens pas sur ma parole
Il faut se marier à celui à qui on est fiancée

- Il n'est pas de prêtre dans le département
Qui me ferait épouser celui dont je ne veux pas"

Après la pluie vient le beau temps
Après les peines viendra l'allégresse

Chanté par Hortense Le Guellec, de Trégunc


Source

Chants populaires bretons du Pays de Cornouailles, recueil de H. Guillerm, paru en 1905