1
Ar mañnéieu Guengamp, ar mañnéieu Guengamp,
E hès un dénchentil iouank 'zezir d'er réjimant. (2 huéh)

2
Un dénchentil iouank 'des saùet un armé ;
M'em es ur mabig, Alongé, e lar e iei eùé.

3
« Kri e veheh, me mab, kri veheh a galon,
Aveit monet d'er réjimant, me lézel me unan. »

4
« Taùet, taùet, me mam, taùet, ne houilet ket;
Bout mé hein mé d'er réjimant mé n' hous ankoéhein ket.

5
» Pe vein arriù pèl bras, pel bras ém réjimant,
Me skriùo mé d'oh ul lihér : hou kalon vo koutant.

6
» Pe vein arriù pèl bras, pèl bras ém bataillon,
Me skriùo mé d'oh ul lihér réjouiso hou kalon .

7
» M'em es un énig roz édan trezeu men dor,
Hag a p'en do kañnet ter guéh, vein ar frontiér er mor.

8
» P'en d'o kañnet ter guéh vein ar frontiér er mor ;
Nag aben èr bedervet kuéh, vein é tonet d'er gér. »
1
Sur les montagnes de Guingamp, sur les montagnes de Guingamp,
Il y a un jeune gentilhomme qui désire un régiment (bis)

2
Un jeune gentilhomme a levé une armée ;
J'ai un fils, Alongué (1), qui dit qu'il ira aussi.

3
« Cruel vous seriez, mon fils, cruel vous seriez de coeur:
En allant au régiment, me laissant seule

4
« Silence, silence, ma mère, silence, ne pleurez pas ;
Quoiqu'allant au régiment, je ne vous oublierai pas.

5
» Lorsque je serai très loin, très loin au régiment,
Je vous écrirai une lettre : votre coeur sera content.

6
» Lorsque je serai très loin, très loin dans mon bataillon
Je vous écrirai une lettre qui réjouira votre coeur.

7
» J'ai un petit oiseau rose sous le seuil de ma porte,
Et lorsqu'il aura chanté trois fois, je serai sur la frontière de la mer.

8
» Lorsqu'il aura chanté trois fois, je serai sur la frontière de la mer;
Et à la quatrième fois, je serai en route pour revenir à la maison. »

Le sujet

Voir la traduction
Notes de L. Herrieu : (1) Est-ce un nom propre ? Peut-être faudrait-il écrire allons gai !, refrain fréquent dans les chansons vannetaises, mais dont l'interpolation semble ici singulière

Comparez Gwerziou Breiz-Izel I, 358 et 363 ; Barzaz-Breiz, 1, 257 ; Trente Mél. rec. En Basse-Bretagne, 28 ; Musiques Bretonnes, 41

Les paroles sont en dialecte vannetais


Source

Le recueil "Guerzenneu ha soñnenneu Bro-Guened / Chansons populaires du Pays de Vannes" de Loeiz Herrieu et Maurice Duhamel, édité en 1911, réimprimé récemment (1997) par les Editions Eromi, 2 rue Paul Bert à Lorient
(Chanté par Loeiza Herrieu, Languidic)