Tre ma c'hêrig hag ar maner, (bis)
Ur wenojennig a gaver (bis)

A gaver ur wenojenn wenn
A zo enni ur we'enn spern-gwenn ;

Hag hi karget a voukedoù
Hag a blij da vab an aotrou.

Me garfe bout bleuñv e spern-gwenn,
Ha bout tapet gant e zorn gwenn,

Bout tapet gant e zornig gwenn
Gwennoc 'h evit bleuñv e spern-gwenn

Me garfe bout bleuñv e spern-gwenn,
Ha bout lakaet war e warlenn.

Mont a ra kuit diganeomp-ni,
Pa'z a ar goañv tre 'barzh an ti ;

Mont a ra kuit 'trezek Bro-C'hall,
'Vel ar gwennili o nijal.

Pa zistro an amzer nevez,
Distreiñ ra dre-mañ adarre

Pa zav ar bleuñv yal er prajoù
Hag ar bleuñv kerc'h 'barzh ar parkoù ;

Ha pa gan ar pinterigoù,
Kerkoulz hag al linerigoù

Dont a ra da heul ar festoù,
Dont a ra c'hoazh d'hon pardonioù.

Me garfe gwel't e peb amzer
Bleunioù ha festoù 'barzh ar gêr,

Ha gwelet ar gwennilied
O nijal tro zre-mañ bepred;

Me garfe ho gwelet nijal
Bepred e beg hon chiminal.



Le sujet

Il y a un petit sentier qui conduit du manoir à mon village,
Un sentier blanc sur le bord duquel on trouve un buisson d'aubépine,
Un buisson chargé de fleurs qui plaisent à l'enfant du manoir.
Je voudrais être fleur d'aubépine, qu'il me cueillît de sa main blanche,
Qu'il me cueillît de sa petite main blanche, plus blanche que la fleur d'aubépine.
Je voudrais être fleur d'aubépine, pour qu'il me plaçât sur son coeur.
Il s'éloigne de nous, quand l'hiver entre dans la maison ;
Il s'en va vers la France, comme l'hirondelle qui s'envole.
Quand revient le temps nouveau, il revient aussi vers nous ;
Quand les bluets naissent dans les prés, et que l'avoine fleurit dans les champs ;
Quand chantent les pinsons et les petits linots
Il revient avec les fêtes ; il revient à nos pardons. Je voudrais voir des fleurs et des fêtes chez nous en chaque saison,
Et voir les hirondelles voltiger par ici, toujours
Je voudrais les voir voltiger toujours au bout de notre cheminée.


Source

Extrait du "Barzhaz Breizh", le premier grand recueil de chansons bretonnes, publié en 1839 par Hersart de la Villemarqué