An hini gozh eo va dous,
An hini gozh eo sur !


Ha koulskoude, war a welan
An hini yaouank ar vravañ

An hini yaouank a zo koant
An hini gozh he deus arc'hant

Me ned an morse d'ar marc'had
Na ro din-me gwerzh boutailhad

An hini gozh am c'hondu mat
An hini gozh a zo d'am grad

Ha koulskoude e-barzh e kêr
An hini yaouank a gerer

An hini yaouank zo ken sonn,
An hini gozh un tammig kromm

An hini yaouank zo lijer,
An hini gozh a zo pounner !

An hini gozh he deus blev gwenn,
An hini yaouank blev melen

An hini gozh liv radenn sec'h,
An hini yaouank liv an erc'h

Liv an erc'h eo hag hi ken yen
Ma ne sell ket ouzhin hepken

Ha koulskoude, n'ouzon perak,
Va c'halon 'ra tik-tak, tik-tak !

Tik-tak a ra va c'halon baour
Pa 'z an da skeiñ war doull an nor

Tec'h alese, tec'h kuit, tec'h pell ;
An hini gozh a zo kant gwell

An hini gozh a zo kant gwell
Ne ra ket tailhoù dimezell

Diaket an dimezelled,
Diaket e teir rann ar bed

Dimezelled ne reont bepred
Nemet goap eus ar Vretoned

Pa daolan dorn war benn he glin
An hini gozh a c'hoarzh ouzhin

An hini gozh zo Bretonez
An hini yaouank zo Gallez


Le sujet

La vieille femme est ma bien-aimée, c'est sur ! Et pourtant, à ce que je vois, la jeune fille est la plus belle. La jeune est jolie, la vieille a de l'argent ; l'une est légère, l'autre lourde ; etc, etc

Derrière ce ton burlesque et sarcastique, la fin de la chanson donne la clé : les demoiselles ne font que se moquer des Bretons (de ceux qui parlent breton) ; la vieille est bretonne, et la jeune est française. De quoi décourager les militants bretons !


Source

Le recueil "Sonioù Feiz ha Breizh", troisième livre, édité au début des années 30

Les paroles ont été recueillies en 1876 par Abgralled Kerloarec, de Lampaul-Guimiliau, et retrouvées dans les vieux papiers d'Y.V. Abgrall, doyen des chanoines de Quimper, mort en 1926