KENTAÑ MELINER
Bretoned, savomp ur gentel
Diwar-benn paotred Breizh-Izel

- Deut da glevet, da glevet, gwitibunan ;
Deut da glevet, da glevet ar c'han.-


Paotred Breizh-Izel o deus graet
Ur c'havell koant hag hen treset.

- Deut da glevet, etc.

Ur c'havell kaer karn olifant,
Warnañ tachoù aour hag arc'hant.

Tachoù aour hag arc'hant warnañ,
A luskellont gant nec'h bremañ.

Ha bremañ, oc'h e luskellat,
Daeloù ver eus o daoulagad.

Daeloù a ver, daeloù c'hwerv :
Neb a zo ennañ zo marv

Zo marv, zo marv pell zo,
Hag i luskell, o kanañ 'to,

Hag i luskell, luskell atav,
Kollet ar skiant-vat ganto.

Ar skiant-vat o deus kollet ;
Kollet o deus joaioù ar bed.

N'eus er bed evit ar Breton
Nemet nec'h ha poanioù kalon ;

Nemet nec'h ha poanioù spered
Pa soñj d'an amzer dremenet.

EIL MELINER

En amzer gozh, na welec'h ket,
O vale dre-mañ laboused

Kozh-laboused c'hlas ar gwirioù
Sonn o fenn ha bras o c'henou.

Ne oa er vro gwirioù nikun,
Na war hoalen, na war vutun.

Butun hag hoalen a goust ker,
Na gouste, gwechall, an hanter.

Gwechall na welec'h d'an dachenn
O redek ar valtouterien

O redek, evel ar c'helien,
Ouzh c'hwezh ar chistr d'ar varrikenn.

Gwir a zo war bep barrikenn,
Met war hini ar sonerien.

KENTAÑ PILHAOUER.

Na gasec'h ket, amzer gwechall,
Hon tud yaouank d'ar broioù all,

D'ar broioù all, - ho ! - da vervel,
Pell, siwazh ! eus a Vreizh-Izel !

KENTAÑ LABOURER.

E Breizh-Izel er manerioù
Oa tud vat o tifenn ar vro;

Bremañ, penn-an-daol, e weler,
Neb a vire saout ar maner,

Er maner, pa oa un den paour,
N'hel loskec'h ket pell toull an nor ;

An itron vat, o vont d'an arc'h,
Diskarge bleud kerc'h leizh e sac'h ;

Boued a roe d'an neb en doa naon,
Ha louzoù d'an neb a oa klañv.

Boued na louzoù mui na roer,
Re baour a dec'h ouzh ar maner ;

Penn-izel, a dec'h an dud paour,
Gant aon ar c'hi e toull an nor,

Gant aon ar c'hi p'ini a lamm
Gant ar c'houer ha gant e vamm.

EIL LABOURER.

Ar bloaz oe ma mamm intañvez,
Oe d'am mamm ur gwall vloavezh.

Be'z he doa nav a vugale,
Ha n'he doa bara da reiñ d'he.

An neb en deus, hennezh a rei,
Mont a ran d'e gavout, eme'i ;

Da gavout an den divroet :
Doue r'hen dalc'ho e yec'hed !

- Yec'hed deoc'h, aotrou an ti-mañ,
Deut on amañ da c'hout un dra ;

Da c'hout hag-eñ deoc'h a blijfe
Reiñ un tamm boued d'am bugale ;

Boued d'am nav a vugaligoù
N'eus-int bet, tri deiz zo, aotrou.-

An divroad a respontas
D'am mamm baour kent ha m'he c'hlevas :

- Kerzh alese, deus treuz va zi,
Pe me laosko warnout va c'hi.-

Gant aon ar c'hi, kuit a eas,
O c'houelañ a-hed an hent bras.

An intañvez baour a ouele :
- Petra roin-me d'am bugale ?

D'am bugale petra roin-me
Pa larint : «mamm, naon am eus-me !»

Na wele ket he hent ervat,
Gant an daeloù en he lagad.

En hanter-hent pa oe digouet,
An aotrou kont he deus kavet ;

Aotrou kont maner Pratuloc'h,
O vont da heizal da Goatloc'h ;

O vont da Goatloc'h da heizal,
Hag hen pignet war e varc'h geal.

- Va c'hregig vat, din leveret,
Perak 'ta, perak a ouelet ?

- Gouelañ ran war ma bugale,
N'am eus ket bara da roiñ d'he.-

- Va c'hregig, n'eo ket ret gouelañ -
Dalit argant - it da brenañ.-

Bennozh Doue d'an aotrou kont !
Seurt-se a zo tud, me respont !

Pa vo ret din mont d'ar marv,
Me yei evitañ, pa garo.

TREDE LABOURER.

Seurt-se zo tud a galon vat,
Pere a glev ouzh a peb stad ;

Pere a glev ouzh a bep stad ;
Pere d'an holl dud a zo mat.

PEVARE LABOURER.

Zo mat d'al labourerien gaezh,
Ha n'o lakafe ket er-maez ;

Er-maez 'vel ar vistri nevez,
Gant c'hoant da greskiñ o leve ;

O leve ; hep soñjal neb ra,
Er bed all, sur, e nebeuta.

PEMPVET LABOURER.

N'eo ket seurt-se lak da werzhañ
Gwele ur merour gant e dra.

EIL PILHAOUER.

N'eo ket seurt-se a lak paeañ
Daou skoed d'ur c'hreg o klask bara

Daou skoed evit pezh a beuras
He buoc'h lec'h eas a-holl-viskoazh.

TREDE PILHAOUER.

N'eo ket seurt-se 'zifenn sersal ;
Pa eont d'ar c'hoad, i c'halv re all.

C'HWEC'HVET LABOURER.

N'eo ket seurt-se nac'hfe un dle ;
Ur skrid, avat, a dalv o le.

N'int-o ket klañv gant al lorgnez -
Nemet an dudjentil nevez.

SEIZHVET LABOURER.

An dudjentil nevez zo kriz ;
Gwell a oa re gozh da vistri.

Re gozh, evito da vout taer,
A gar, a galon, ar c'houer.

Hogen re gozh, siwazh d'ar bed !
N'int ket mui ker stank ha ma int bet.

Stankoc'h e gaver debrerien
Evit an dud mat d'ar beorien.

TREDE PILHAOUER.

Ar beorien a vo paour atav,
Ha re ker atav o debro.

KENTAÑ MELINER.

Atav ! koulskoude oe laret.
«Fallañ douar ar gwellañ ed

Ar gwellañ ed, pa deuy en-dro
Ar roueoù gozh, da renañ 'r vro. »

Ar roueoù gozh zo distroet,
An amzer gozh n'en deus ket graet.

An amzer gozh na deuy ket mui ;
Trubardet omp, siwazh deomp-ni !

Siwazh deomp ! trubardet omp bet !
En douar fall, 'mañ fall an ed.

Gwazh-oc'h-gwazh, kriz-oc'h-kriz ar bed
Diskiant eo neb n'her gwel ket.

Diskiant neb eas da grediñ
E teuy da c'houlmed ar brini

Da grediñ e vleunio biken
Lilioù war gwrizioù raden

Neb a eas da grediñ a gouezh
An aour melen deus beg ar gwez.

Deus beg ar gwez na gouezh netra,
Nemet an delioù sec'h na ra ;

Nemet an delioù sec'h na gouezh,
Da ober lec'h d'ar re nevez.

Nemet an delioù melen aour,
Da ober gwele d'an dud paour.

En em gonfortet, peorien geizh,
Gweleoù pluñv ho po un deiz ;

C'hwi po, e-lec'h gwele gwial,
Gwele olifant er bed-all.

EIL MELINER.

Savet eo bet ar gentel-mañ
Da c'houel Maria, goude koan -,

Savet eo bet gant daouzek den,
En ur zañsal war an dachenn:

Tri glask pilhoù, seizh had segal,
E valañ flour a ra 'n daou all.

- Ha setu graet, setu graet, gwitibunan ;
Ha setu graet, setu graet ar c'han -




Le sujet

PREMIER MEUNIER

Bretons, faisons une chanson sur les hommes de la basse Bretagne.
- Venez entendre, entendre, ô peuple ; venez entendre, entendre chanter. -
Les hommes de la Basse-Bretagne ont fait un joli berceau, un berceau finement travaillé;
- Venez entendre, etc.
Un beau berceau d'ivoire, orné de clous d'or et d'argent.
De clous d'or et d'argent orné, et ils le balancent maintenant le coeur triste ;
Maintenant, en le balançant les larmes coulent de leurs yeux ;
Les larmes coulent, des larmes amères : celui qui est dedans est mort !
Il est mort, mort depuis longtemps ; et ils le bercent toujours en chantant.
Et il le bercent, ils le bercent, toujours, car ils ont perdu la raison.
La raison, ils l'ont perdue ; ils ont perdu les joies du monde.
Le monde n'a plus pour les Bretons que regrets et peines de coeur;
Que regrets et peines d'esprit lorsqu'ils pensent au temps passé.

SECOND MEUNIER

Dans le vieux temps on ne voyait pas se promener ici certains oiseaux;
Certains oiseaux verts du fisc ; la tête haute, la bouche grande ouverte.
Le pays ne devait d'impôt, ni pour le sel, ni pour le tabac.
Sel et tabac coûtent bien cher, ils coûtaient moitié moins jadis.
Jadis on ne voyait point sur la place les maltôtiers accourir,
Accourir, comme des mouches, à l'odeur du cidre aux barriques.
Toute barrique paye aujourd'hui l'impôt, hormis celle des ménétriers. -

PREMIER PILLAOUER (chiffonier)

On n'envoyait pas autrefois nos jeunes gens dans les pays étrangers;
Dans les pays étrangers - entendez-le ! - pour mourir, hélas ! loin de la Basse-Bretagne.

PREMIER LABOUREUR

En Basse-Bretagne, dans les manoirs, il y avait des hommes de bien qui soutenaient le pays ;
Maintenant on y voit assis au haut bout de la table l'ancien gardeur de vaches du manoir.
Au manoir, quand venait un pauvre, on ne le laissait pas à la porte;
La bonne dame allant au grand coffre, lui versait de la farine d'avoine plein sa besace ;
Elle donnait du pain à ceux qui avaient faim, et des remèdes à ceux qui étaient malades.
Pain et remèdes aujourd'hui manquent; les pauvres s'éloignent du manoir;
Tête basse, s'éloignent les pauvres, par la peur du chien qui est à la porte;
Par la peur du chien qui s'élance sur les paysans comme sur leurs mères.

SECOND LABOUREUR

L'année où ma mère devint veuve, fut pour ma mère une mauvaise année.
Elle avait neuf enfants, et n'avait pas de pain à leur donner.
Celui qui a, celui-là donnera; je vais le trouver, dit-elle ;
Je vais trouver l'étranger : que Dieu le garde en bonne santé !
- Bonne santé à vous, maître du manoir, je suis venue ici pour savoir une chose ;
Pour savoir si vous auriez la bonté de donner du pain à mes enfants.
Du pain à mes neuf petits enfants, monsieur, qui n'ont pas mangé depuis trois jours. -
L'étranger répondit à ma pauvre mère quand il l'entendit:
- Va-t'en du seuil de ma porte, ou je lâche sur toi mon chien. -
Le chien lui fit peur, elle sortit et s'en allait pleurant le long du grand chemin.
La pauvre veuve pleurait: - Que donnerai-je à mes enfants ?
A mes enfants que donnerai-je, quand ils me diront: " Mère, j'ai faim ! "

Elle ne voyait pas bien son chemin, tant elle avait de larmes dans les yeux.
A mi-chemin de chez elle, elle rencontra le seigneur comte ;
Le seigneur comte du manoir de Pratuloh, allant chasser la biche au bois du Loh ;
Allant au bois du Loh chasser la biche, monté sur son cheval bai.
- Ma bonne chère femme, dites-moi pourquoi donc, pourquoi pleurez-vous ?
- Je pleure à cause de mes enfants, je n'ai pas de pain à leur donner
- Ma petite femme, ne pleurez pas ; voici de l'argent, allez en acheter. -

Que Dieu bénisse le seigneur comte ! Voilà des hommes, sur ma parole !
Quand je devrais aller à la mort, j'irai pour lui, quand il voudra.

TROISIÈME LABOUREUR

Voilà des hommes qui ont bon coeur: ceux-là écoutent les gens de toute condition
Ceux-là écoutent les gens de toute condition ; ceux-là sont bons pour tout le monde.

QUATRIÈME LABOUREUR

Ceux-là sont bons pour les malheureux laboureurs: ce n'est pas eux qui les chasseraient
Qui les chasseraient comme les nouveaux maîtres, pour accroître leur fortune;
Leur fortune ; sans penser que celui qui l'accroît de la sorte, la diminue certainement pour l'autre monde.

CINQUIÈME LABOUREUR

Ce ne sont pas ceux-là qui font vendre le lit d'un fermier avec ses meubles.

SECOND PILLAOUER

Ce ne sont pas ceux-là qui font payer deux écus d'amende à une femme qui cherche son pain;
Deux écus pour ce que sa vache a mangé d'herbe dans le lieu ou sa bête a toujours pâturé.

TROISIÈME PILLAOUER

Ce ne sont pas ceux-là qui défendent de chasser; quand ils vont au bois, ils mandent tout le monde.

SIXIÈME LABOUREUR

Ce ne sont pas ceux-là qui nieraient ce qu'ils doivent; leur parole vaut un contrat.
Ce ne sont pas ceux-là qui sont malades de ladrerie; ce sont les nouveaux gentilshommes.

SEPTIÈME LABOUREUR

Les gentilshommes nouveaux sont durs ; les anciens étaient meilleurs maîtres.
Les anciens, s'ils ont la tête chaude, aiment les paysans de tout leur coeur.
Mais les anciens, malheureusement pour le monde! ne sont plus aussi nombreux qu'ils l'ont été.
Plus nombreux sont les mangeurs, que les hommes bons pour les pauvres.

TROISIÈME PILLAOUER

Les pauvres seront toujours pauvres ; ceux des villes les mangeront toujours.

PREMIER MEUNIER

Toujours ! pourtant on avait dit : « - La plus mauvaise terre rapportera le meilleur blé ;
Le meilleur blé, quand reviendront les vieux rois, pour gouverner le pays »
Les vieux rois sont revenus, le vieux temps ne l'est pas.
Le vieux temps ne reviendra plus; on nous a trompés, malheureux !
Malheureux, on nous a trompés! Le blé est mauvais dans la terre mauvaise.
De mal en pis va le monde ; il devient de plus en plus dur; celui qui ne voit pas cela est fou.
Il est fou, celui qui a cru que les corbeaux deviendraient colombes
Qui a cru que la fleur du lis sortira jamais de la racine de la fougère ;
Qui a cru que l'or brillant tombe du haut des arbres.
Du haut des arbres il ne tombe rien que des feuilles sèches ;
Il ne tombe que des feuilles sèches qui font place à des feuilles nouvelles ;
Que des feuilles jaunes comme l'or, pour faire le lit des pauvres gens.
Chers pauvres, consolez-vous, vous aurez un jour des lits de plume;
Vous aurez, au lieu de lits de branches, des lits d'ivoire dans l'autre monde.

SECOND MEUNIER

Ce chant a été composé la veille de la fête de la Vierge, après souper.
Il a été composé par douze hommes, dansant sur le tertre de la chapelle:
Trois font métier de chercher des chiffons, sept sèment le seigle, deux le moulent menu.
- Et voilà faite, voilà faite, ô peuple ; et voilà faite, voilà faite la chanson. -


Source

Extrait du "Barzhaz Breizh", le premier grand recueil de chansons bretonnes, publié en 1839 par Hersart de la Villemarqué