Pa oan em zriwec'hvet bloavezh
Plac'hig hep nec'h ebet (bis)
E voe roet din un alc'houez
alc'houez an eürusted
} (bis)


Ha setu me aet dre ar vro
Hag em dorn an alc'houez
Evit klask er bed tro ha tro
Dor gaer al levenez

War an hent bras hir a heulien
Pell diouzh bro an Arvor
Eus an eürusted a glasken
Ne gaven ket an nor

Skedet he deus va braventez
En tiez alaouret
Med va naon gant o holl danvez
Biskoazh n'eo bet torret

Livirit din, tudjentil vat,
E pelec'h vo rekis
Redek 'vit ma c'hellin tañvaat
Huñvre va yaouankiz

P'her c'havoc'h, tost da benn ar bed
Kuzhet gant ar gwez bras
Mammenn an daeroù 'vo hesket
En ho taoulagad glas

Setu-me, un deiz, degouezhet
Krommet gant ar gozhni
E-tal un ti, hanter-gouezhet
Goloet a ginvi

Gant an alc'houez e tigoris
Dor an ti hep toenn
Ha war an oaled e welis
Lec'h va c'havellig gwenn

Anaout a ris va zi a-benn ;
Ennañ em eus kresket
Ennañ, va mamm, war he barlenn
He deus va luskellet

Kouezhet eo va zi tamm ha tamm
Va eürusted ivez
An eürusted ha ti va mamm
N'o deus 'met un alc'houez


Le sujet

Quand j'ai eu dix-huit ans, jeune fille insouciante, on m'a donné une clé, la clé du bonheur. J'ai parcouru la pays, la clé à la main, pour trouver la belle porte du bonheur ; mais je ne l'ai pas trouvée

Dites-moi où je devrais aller pour goûter le rêve de ma jeunesse ! - Quand vous le trouverez, au bout du monde, la source de vos larmes se tarira dans vos yeux bleus

Et me voici arrivée un jour, pliée par l'âge, devant une maison presque en ruines et couverte de mousse. J'ai ouvert la porte avec ma clé ; dans l'âtre j'ai vu l'endroit de mon berceau. C'est la maison de mon enfance, là où ma mère me berçait sur ses genoux

Ma maison s'est effondrée peu à peu, mon bonheur aussi. Le bonheur et la maison de ma mère ont une seule et même clé !
J. Le Maréchal


Source

Le recueil "Sonioù Feiz ha Breiz" édité vers 1930