Ul labousig er c'hoad, melen e zivaskell (bis)
A ziskenn bep mintin war gornig va mantell (bis)

Hag e lavar kalz traoù din war-benn va dimezi
- Mar timeez er bloaz-mañ, na gemer ket un intañv

Rak kalon un intañv zo e chagrin noz-deiz
Kalon un den yaouank a zo laouen ha ge

- Deuit ganin 'ta, plac'h yaouank, war vourzh va batimant
Ha ni vo pinvidik en aour hag en arc'hant

- Ma zad, neuze, ha ma mamm ne vint ket sur kontant
M'am welfent-me ganeoc'h war vourzh ho patimant

- Ho tad, neuze, hag ho mamm a chomo barzh ar gêr
Ha ni yelo hon-daou da vro an Añgleter

- Gwelloc'h vefe ganin 'n em daol e-barzh ar mor
'Vit mont d'an Añgleter ha kollet va enor



Le sujet

Un petit oiseau se pose chaque matin sur mon épaule, et me chante : "Si tu te maries cette année, ne choisis pas un veuf ; son coeur est triste, celui d'un jeune homme est joyeux"

Sans transition, on passe à un dialogue entre la jeune fille et un marin qui l'invite à monter sur son navire

- Mes parents ne seraient pas contents, s'ils me voyaient à bord
- Ils resteront à la maison, et nous irons en Angleterre
- Plutôt me jeter à la mer, qu'aller en Angleterre et perdre mon honneur !

L'air est à peu près le même que celui de Bleunioù o tremen


Source

Texte tiré de "Sonioù-pobl", recueil de Fañch Danno, édité par Skol Vreiz en 1968